Les plantes envahissantes modifient les opportunités pour les pollinisateurs, aidant certains mais nuisant à d’autres.

Les pollinisateurs sont intimement liés aux plantes qu’ils pollinisent, et les espèces envahissantes peuvent perturber leurs communautés végétales. Bien que ces nouvelles espèces puissent s’avérer populaires auprès des pollinisateurs à court terme, elles peuvent réduire la diversité des animaux qu’elles abritent à plus long terme. Par conséquent, les écologistes devraient tenir compte des effets à l’échelle de la communauté des espèces envahissantes lors de la planification de la gestion des habitats, affirment Anikó Kovács-Hostyánszkia et ses collègues dans un article publié dans Écologie fondamentale et appliquée.

Rudbeckia laciniata. Image : Toile.

Pour les botanistes, la plante exotique envahissante est automatiquement un problème, car il chassera les plantes indigènes d’un endroit. Dans le passé, tous les écologistes n’ont pas partagé cette perspective. Alors que les espèces envahissantes peuvent chasser d’autres plantes, elles peuvent s’avérer attrayantes pour les pollinisateurs, et de nouvelles espèces peuvent même offrir une meilleure source de nourriture que les plantes indigènes pour certains insectes.

L’étude de Kovács-Hostyánszkia et ses collègues combine les observations de douze espèces de plantes envahissantes à travers la Hongrie et la Roumanie. L’équipe a examiné l’effet des plantes sur les pollinisateurs en échantillonnant des abeilles sauvages, des abeilles mellifères et des syrphes. Les pollinisateurs ont été échantillonnés avant le pic de floraison des espèces envahissantes, puis à nouveau au pic.

Les scientifiques ont découvert que lorsqu’elles fleurissaient, les plantes envahissantes affectaient considérablement les pollinisateurs. Ils écrivent : « Les analyses combinées des 12 espèces végétales envahissantes ont montré dans la plupart des cas une plus grande abondance, richesse spécifique et diversité des pollinisateurs lors de la floraison des espèces végétales envahissantes dans les sites envahis. Bien que la disponibilité des ressources florales indigènes soit restée plus faible, le boom floral des plantes envahissantes a attiré une partie des pollinisateurs. De tels effets controversés des plantes envahissantes avant et pendant la floraison ont déjà été suggérés par d’anciennes études sur une seule espèce… et ont été confirmés par notre approche multi-espèces. Au cours de leur floraison, les plantes envahissantes s’intègrent dans les communautés de plantes pollinisatrices et sont utilisées comme ressource par de nombreux pollinisateurs indigènes… »

Il peut donc sembler que les plantes envahissantes sont une mauvaise nouvelle pour les plantes mais une bonne nouvelle pour les pollinisateurs. La réalité est plus compliquée.

Les plantes envahissantes rivalisent avec les plantes indigènes pour la lumière, l’eau et les nutriments, ce qui nuit à la reproduction. En fin de compte, moins de plantes indigènes signifie qu’il y a moins de variété de plantes dont les pollinisateurs peuvent se nourrir. Cette perte de plantes indigènes peut avoir quelques effets sur les pollinisateurs à plus long terme. Les abeilles sauvages qui se spécialisent sur des plantes indigènes spécifiques perdent d’éventuelles sources de nourriture.

Les plantes envahissantes ont également tendance à offrir plus d’opportunités aux pollinisateurs plus généralistes, modifiant ainsi la diversité des pollinisateurs dans un paysage. Les abeilles et les syrphes ont remarquablement bien résisté aux invasions de plantes. La floraison peut également augmenter les opportunités pour les pollinisateurs pendant leur période de floraison. Mais ces interactions sont compliquées et nécessitent d’examiner plus d’une espèce à la fois, ce qui, selon les auteurs, est essentiel.

Kovács-Hostyánszkia et ses collègues soutiennent que leur étude est importante car de nombreuses connaissances sont basées sur des études sur une seule espèce. Dans leur article, ils écrivent : « Nos résultats suggèrent à la fois les menaces et les avantages des plantes envahissantes pour les communautés de pollinisateurs, soulignent l’importance des études multi-espèces et l’inclusion de certains traits de vie des espèces envahissantes étudiées. Bien que nous ayons constaté que certaines espèces de plantes envahissantes peuvent être bénéfiques pour certains pollinisateurs pendant leur floraison, il ne s’agit généralement que d’une période plus courte que l’ensemble de la saison de végétation et ne peut pas compenser les pertes de ressources florales indigènes au cours de l’année… »

LIRE L’ARTICLE

Kovács-Hostyánszki, A., Szigeti, V., Miholcsa, Z., Sándor, D., Soltész, Z., Török, E. et Fenesi, A. (2022) « Menaces et avantages des espèces végétales exotiques envahissantes sur les pollinisateurs « , Écologie fondamentale et appliquée. https://doi.org/10.1016/j.baae.2022.07.003

  • 250 remèdes naturels à faire soi-même: Teintures mères, macérats, baumes,lotions, sirops, tisanes...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *