l’essentiel
En cette période de sécheresse, l’arrosage des golfs fait polémique. A celui d’Agen-Bon-Encontre, la police est en permanence d’économiser l’eau.

Avec la sécheresse, l’arrosage des golfs est dans le viseur. La polémique sudiste a fait l’objet de cette première lancée en juillet par Eric Piolle, l’écologiste de Grenoble. Les Jeunes agriculteurs du 47 et leurs co-présidents Jean-Charles Rossi et Ludovic Mandile ont repris l’idée dans un communiqué récent (comme quoi, écologistes et paysans peuvent être sur la même longueur d’onde).
Dans les nuits de mercredi à jeudi, des militants du collectif Kirikou ont bouché les trous des golfs de Vieille-Toulouse et des Sept-Deniers à Toulouse avec du ciment pour demander entre autres choses l’arrêt total de l’irrigation des golfs dès le niveau 3 de restrictions déclarées, c’est le niveau de gravité « crise ».
Au golf associatif d’Agen-Bon-Encontre, explique le bureau, « la politique est d’économiser l’eau ». Il ne pompe pas dans une rivière et ne sert pas de l’eau potable. Après la dernière ère, l’eau était utilisée dans la provenance d’un fourrage profond, soit plus de 100 m.

Conversion de fleurs sur les greens

La capacité de pompage est toutefois limitée. « Qu’est-ce qui ne va pas, qu’est-ce qui ne va pas, qu’est-ce qui ne va pas ? », explique Sylvie Suel, responsable des terrains. Un « jet de survie » à ce parfois réalisé à la tombée des drives (le coup donné au départ d’un trou). Les nouvelles restrictions imposées par la préfecture interdiront, dès lundi, cette pratique.
Il sera autorisé par vous à continuer à jeter de l’eau sur les greens. Les golfs tiennent à cette zone d’herbe la plus rase du parcours comme à la prunelle de leurs yeux. Le 9 trous d’Agen-Bon-Encontre s’étend sur 20 ha. Les greens représentent seulement 1,2 ha. Afin de préserver la ressource aux EAU, le golf consacré par ailleurs beaucoup d’argent pour la conversion de flore sur les greens. Le principe est de changer la composition du gazon en modifiant la proportion des graminées. Les nouvelles graminées sont plus résistantes et moins gourmandes en eau.
Agen-Bon-J’ai trouvé consomme entre 80 et 100 m3 d’eau chaque nuit. La consommation annuelle d’eau est comprise entre 5000 et 8000 m3, suivant les années. Selon les chiffres communiqués par la Fédération française de golf, c’est en moyenne 25000 m3 pour un pour un 9 trous.

Rédacteur, Auteur, Journaliste | Plus de publications

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.