l’essentiel
Mardi début de soirée, dans le train Brive-Rodez, un contrôleur a mi en sécurité une mineure qu’avoir été victime d’attouchements. L’agent a également permis l’interrogatoire d’un suspect par les gendarmes, à la gare de Saint-Denis-lès-Martel.

Mardi, j’ai amené Brive-Rodez à la tournée au cauchemar pour un jeune mineur. Dans le train 870167 que circulale alors au nord du Lot, aux alentours de 19 heures, que serait-il arrivé si le inquiet de la jeune fille n’avait pas croisé celui du contrôleur ? « Lors de sa ronde dans les wagons, l’agent a remarqué le comportement anormal d’une mineure qui le cherchait du regard, il a compris qu’il se passait quelque chose, s’est rapprochée d’elle et l’a mise en sécurité », explique Gilles Tillet, représentant du syndicat CGT cheminots de Toulouse. Selon le syndicat, la jeune fille aurait été victime d’une agression sexuelle à bord du train. Merci pour les informations de la mine, le contrôleur a identifié un suspect. Avec la coopération du conducteur et de l’agent de gare, il l’isole dans un wagon jusqu’à la prochaine gare, Saint-Denis-lès-Martel. Ici, les gendarmes du Lot ont alerté l’équipe du train, ils l’ont suspecté de 20 heures alentours.

D’après la CGT, la jeune fille aurait sûrement porté plainte pour attouchements. Mais rien ne permet encore de le confirmer pour l’heure. De la même manière, les gendarmes n’ont pas pu nous assurer, ce jeudi soir, si l’homme interpellé avait été placé en garde à vue. De son côté, la SNCF confirme l’arrêt du train en gare de Saint-Denis-lès-Martel. « La procédure dans ce genre de cas a été correctement appliquée, les équipes ont respecté le travail des forces de l’ordre et le train a pu distribuer assez rapidement en direction de Rodez », indique un porte-parole du groupe.

Toujours est-il que pour la CGT, cet incident « rappelle la nécessité de la présence des contrôleurs à bord des trains et de leur professionnalisme ». Une présence dissuasive. « C’est rare, mais ce n’est pas un acte isolé. Ce genre d’incident arrive sur certaines lignes et notamment quand le contrôleur n’est pas présent », a ajouté Gilles Tillet. Dans un communiqué adressé à notre rédacteur en chef par le jeudi après-midi, il notait que « le professionnalisme de l’agent avec permission de l’empêcher de réclamer la victime et l’interpellation de l’agresseur dans l’ont calmé avec l’aide de l' »agent circulation de la gare et du conducteur du train. La sécurité des usagers, la sécurité des circulations ferroviaires, l’information sur le train, le contrôle des factures, le service public, sont les composantes d’une méthode qualifiée.

Le syndicat regrette qu' »après les années et malgré des mobilisations cheminots, la direction de l’entreprise ait choisi de retirer les trains sur les lignes de Toulouse-
Montauban, Toulouse-Foix, Toulouse-Boussens, Toulouse-L’isle Jourdain ». En pleine négociation de la convention TER, la CGT en profite pour demander que « tous les trains soient équipés d’une ou d’un contrôleur formé et ayant toutes les exigences de sécurité des qualifications ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.