l’essentiel
Après avoir bien commencé, la distribution principale de la bredouille du Rhône encore. Cela fait désormais trois rencontres que les Toulousains n’ont plus gagné.

Encore taux. Cinq ans presque jour pour jour après leur dernière victoire à Lyon, les Toulousains ont de nouveau trébuché face au LOU, qui demeure leur bête noire de ces dernières saisons, avec désormais une cinquième défaite inflicgée au club « rouge et noir » lors des six Dernier rendez-vous entre les deux équipes. Et pourtant, on a pensé l’espace d’un mi-temps que cette fois serait la bonne.

Alors que les entames et la touche les avaient sacrément plombés lors de deux journées de doublons, les Stadistes ont parfaitement rectifié le tir. Appliqués dans l’alignement, sérieux d’entrée de jeu dans le sillage d’un Alexandre Roumat omniprésent (contre en touche, grattage au sol et interception sur un retour défensif après un franchissement lyonnais en à peine plus de 10 minutes !), ils ont même pris les devants à la faveur d’un exploit personnel de Romain Ntamack.

Le Solo de Romain Ntamack

Car Matthieu Jalibert n’est pas le seul ouvreur de France à savoir se jouer des défenses par ses coups de pied. Alors que les prestations du Stadiste avec les Bleus ont beaucoup fait causer, celui qui débutait pour la première fois un match au côté de Théo, son frère, un mystifié Ethan Dumortier et Léo Berdeu d’un rasant du gauche pour mettre les temples sur les bons rails.

Les Toulousains, plus difficile dans les airs pour les coéquipiers de Thibaut Regard, ont neanmoins manqué de précision pour conserver le ballon, avec un penchant pour les extérieurs un peu trop prononcé et des ballons lâchés, arrachés ou perdus trop facilement dans la défense, pour se procurer d’autres occasions et garder la mainmise sur les débats. Et alors que Léo Berdeu avait réduit le score au pied (26, 40+2) pour ramener les Lyonnais à un point à la pause (6-7), tout s’est complice de la reprise.

Mis sous pression par des hôtes ayant sensiblement haussé leur niveau d’engagement, les hommes d’Ugo Mola ont tout gâché en l’espace de 20 minutes. Au sein d’un collectif indiscipliné, Ntamack avait annulé l’échéance en empêchant deux fois Davit Niniashvili d’aplatir (44, 45).après une mêlée toulousaine renversée devant son en-but (13-7, 47).

A lire aussi :
Lyon-Stade Toulousain : les « Rouge et Noir » tombent encore dans le Rhône et enchaînent un troisième match sans victoire

Réaction tardive tardive

Revigorés face à des Haut-Garonnais apathiques et incapables d’inverser le rapport de force, les locaux développent le break grace à Dumortier, qui profitaient de l’avancée née d’un contre de Baptiste Couilloud sur un dégagement d’Arthur Retière (18 -7, 54).

A lire aussi :
REJOUER. Lyon-Stade Toulousain : Toulouse s’incline une nouvelle fois dans le Rhône ! Revivez le film du match

Dos au mur, le Stade Toulousain, qui avait déjà vu Pierre-Louis Barassi sortir sur commotion (32), perdait Costes (59, commotion) et Retière (62, coup au visage) coup sur coup pour ne rien arranger à ses affaires. Refusant de tenter les tirs au but (62, 63, 71), l’arbitre a logiquement refusé un essai à Lucas Tauzin pour un en-avant d’Ange Capuozzo (72) puis à Emmanuel Meafou, revenu dans l’en-but (76), il assistera aux derniers instants et à la réalisation forcée de d’Alban Placines pour conserver un mince espoir de ne pas repartir bredouille (78, 21-14).

Mais il était déjà trop tard. Et à l’image de Felix Lambey, déchaîné sur les deux dernières possessions toulousaines, les Lyonnais en voulu tout simplement plus.

Rédacteur, Auteur, Journaliste

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *