le marrube, Bulletin de vote, est un genre originaire d’Europe, d’Afrique et d’Asie centrale, mais dont la distribution est très centrée sur la Méditerranée. Il n’est pas souvent cultivé en culture et certaines espèces peuvent devenir adventices.

Cela dit, nous n’en avons qu’une signalée comme mauvaise herbe des zones naturelles à Victoria, la Marrube noire, Bulletin de vote noiret bien qu’il ait été collecté plusieurs fois près de Melbourne, ce sont de vieux enregistrements et il se peut qu’il ne soit pas vraiment « naturalisé ».

Cette espèce photographiée, le marrube grec, Ballota acétabuleux, orne le chemin nord (du côté du pavillon Tecoma) dans notre jardin aride. Ces photos ont été prises fin décembre, alors que ce n’était qu’une des nombreuses plantes qui fleurissaient au soleil d’été.

Cela dit, cette espèce a des fleurs plutôt discrètes. Pourtant, ils sont plutôt exquis. Clairement une fleur de la famille de la menthe, avec cette couleur et cette forme. Mais qu’est-ce que c’est que ces cols flous en forme de boutons ?

C’est le calice, ou sépales, de la fleur. La couche externe. Il peut être tubulaire ou en forme d’entonnoir, selon les espèces.

Dans le marrube grec, cela me fait penser à une de ces assiettes en porcelaine aux bords festonnés sur lesquelles ma grand-mère servait l’après-midi des sandwichs ou des génoises. Peut-être une madeleine ou deux ?

Les feuilles sont plus légèrement festonnées, bien que leur chair et leur épaisse couche de poils rendent cela un peu obscur.

En effet, toute la plante est recouverte de poils duveteux, ce qui fait ressortir encore plus la lèvre basale aux contours nets et colorés de la corolle (pétales) des fleurs. La lèvre supérieure de la corolle, avec les anthères épuisées qui ressortent ici, se fond davantage dans l’arrière-plan avec leurs poils sympathiques.

Bien qu’il soit communément appelé marrube grec, il pousse aussi naturellement en Crète et dans l’ouest de la Turquie. En Turquie, la quasi-totalité des 16 Bulletin de vote les espèces sont utilisées comme remèdes traditionnels pour traiter les plaies, la toux, les problèmes digestifs et même les infections des voies urinaires. Tout cela suggère qu’il contient des produits chimiques puissants qui pourraient un jour être testés et recommandés pour un usage humain.

En tant que spécimen horticole Greek Marrube a déjà beaucoup à le recommander. Il tolère la sécheresse, les sols pauvres et je soupçonne la négligence (tout ce qui est potentiellement adventice tombe dans cette dernière catégorie, pour le meilleur ou pour le pire). La plante est bien adaptée aux conditions chaudes et sèches avec ses petites feuilles épaisses et sa généreuse couverture de poils isolants.

Apparemment, même la disposition des cellules dans ces feuilles épaisses permet à la plante d’augmenter son activité photosynthétique (fabrication de sucres à partir de l’eau et de la lumière du soleil) dans des conditions arides.

Je l’aime pour les jolies petites fleurs et le rappel des services de table passés.

  • A la Recherche du Temps Perdu Volume 2/a l Ombre des Jeunes Filles en Fleurs Lu par Daniel Mesguich

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.