l’essentiel
Un paragraphe d’une note de 12 pages envoyée le 1er juillet à tous les policiers municipaux toulousains est répondu en ligne. Les fonctionnaires regrettent le champ lexical « féérique » imposé à tous les agents de terrain lors des communications radio.

Mais qui est Merlin 31 ? C’est une question posée par les policiers municipaux de Toulouse ces derniers jours et il n’y en a pas avec le célèbre magicien… Dans une note envoyée à tous les fonctionnaires le 1er juillet, le patron de la police municipale fixe des nouveaux « principes de communication radio ». Pour contacter le PC Radio, il faut désormais donner l’indicatif « Château 31 », le PC CIC devient « Donjon 31 » et le chef de salle devient « Merlin 31 ».

« Ce nom de code ne lui donne pas de superpouvoir », ironise un des agents. « Quand nous utilisons la radio, nous sommes souvent dans une situation urgente.

« Après la diffusion de ces directives, l’hilarité et le désarroi se conjuguent dans nos rangs et glissent nos collègues vers ceux qui mentent honteuses. Eh bien, nous comprenons tous le genre de phrases à la radio : que les fidèles destriers fasent diligence, les chevaliers du Capitole se doit de guérir le vide-gousset », imagine Yannick Cheveau, le président national de la Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC).

« Aux antipodes de la violence fondée par nos agents »

Les fonctionnaires qui interviennent au quotidien sur le terrain et sont confrontés à des scènes de plus en plus violentes pointent du doigt une direction « trop ​​éloignée du terrain ». « Ce nouveau champ lexical est aux antipodes des missions remplies par les agents. Ce n’est pas drôle. Je me demande comment ils ont pu avoir une idée pareille ? »

« Le nom important des interlocuteurs au poste de commandement, même si la démultiplication des communications radio réside dans l’augmentation des patrouilles sur le terrain, il faut permettre l’identification immédiate de l’interlocuteur que je demande », a répondu la Mairie de Toulouse . Un de leur porte-parole rappelle que les appellations des indicatifs radios sont libres et ne reposent sur aucune règle. « Ils sont rarement en lien avec les services ou leurs missions que ce dans l’armée, la soit police, la gendarmerie ou les pompiers », insiste la municipalité, avant d’ajouter : « Certains agents appelant leur poste de police sis rue du moulin du château, le « château », cet indicatif est un clin d’œil au bâtiment qu’ils vont quitter. Dans cette logique « merlin » a été choisie à l’identique des indicatifs de certains chefs de centre dans les SDIS ».

Rédacteur, Auteur, Journaliste

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *