l’essentiel
Après le 16 août, le pays est frappé par deux orages violents, et trois départements sont actuellement en vigilance orange. Quatre d’entre eux sont aussi en vigilance orange pluie et inondations. Dans les médias plusieurs termes techniques sont utilisés comme épisodes cévenols, trombes marines, orage en « V »… On vous explique ces phénomènes.

Après un énième épisode de forte chaleur et une sécheresse importante, de nouveaux orages ont éclaté dans l’après-midi du mercredi 16 août. Frappant d’abord l’Occitanie mardi soir, ils se sont petits à petits déplacés vers l’arc méditerranéen et le centre-est du pays.

Avec la multiplication de ces phénomènes orageux, des termes plus météorologiques sont utilisés pour décrire les phénomènes en cours. La Dépêche vous leur a expliqué.

A lire aussi :
DIRECT Alerte aux orages : inondations, grêle intense, rafales dévastateurs… le point sur la situation en France

Comment les trombes marines ont-elles été formées ?

Souvent confondues avec les tornades, les trombes marines se forment, elles, au-dessus d’une étendue d’eau. Il s’agit d’une colonne d’air mélangée d’eau en rotation. Il existe deux types de trombes marines : les trombes d’air froid et les trombes tornadiques.

A lire aussi :
Alerte aux orages : tourbillons, tornades, trombes de mer… Pourquoi de tels phénomènes sont-ils envisagés ?

Les premières sont forment lorsque l’air frais passe à l’au-dessus d’eau plus chaude comme en ce moment en Méditerranée. Les secondes forment au cours d’orages supercellulaires, des orages accompagnés de phénomènes violents comme des tornades ou des fortes chutes de grêle. Les trombes marines sont souvent moins violentes que les tornades et se dissipent plus rapidement.

Que dirai-je « Medicane » ?

Le terme « medicane » est une contraction de deux mots « Méditerranée » et « hurricane » (ouragan en anglais). Selon Météo France, il s’agit d’une « dépression qui creuse sur le domaine méditerranéen et prend des caractéristiques de système tropical, tempête ou cyclone tropical selon son intensité ».

Ils se forment particulièrement en automne, lorsque la mer est encore chaude. Néanmoins, il s’agit d’un phénomène plutôt rare et Météo France n’en a reconnu qu’une dizaine depuis le début des années 2000. Ce phénomène pourrait se multiplier à cause de la canicule marine actuelle.

Qu’est-ce qu’un épiso de méditerranéen ?

Les épisodes méditerranéens ont été formés en raison de remontées d’air chaud, humide et instable venant de la Méditerranée. Ils ont tendance à créer des orages violents parfois stationnaires. Lors de cette intemperie qui dure en général entre 12 et 36 heures, 150 à 300 millimètres d’eau peuvent s’inverser. En comparaison, un orage classique provoque environ 50 millimètres d’eau.

Cet épisode est développé principalement en automne, il est produit en moyenne trois à six fois para an. Avec une mer Méditerranée 3 à 5 degrés plus chaude que l’année dernière, la multiplication des épisodes méditerranéens est aussi au rendez-vous.

Et un « épisode Cévenol » alors ?

« L’épisode cévenol » est le même phénomène qu’un épiso de méditerranéen si ce n’est qu’il se déroule plus particulièrement dans le massif des Cévènes. Cet endroit est réputé pour l’intensité des orages qui s’y déroulent. Selon Météo France « le terme « cévenol » est souvent employé abusivement pour caractériser tout épisode apportant des pluies diluviennes sur les régions méridionales ».

Pourquoi parle-t-on d’orage en « V » ?

Les orages en « V » sont des orages stationnaires. Selon Keraunos, site spécialisé dans les orages, « On designe ainsi les orages que s’alimentent de manière durable sur la même zone géographique au lieu de progressé, de manière classique, dans le sens du flux d’altitude ». Ils forment grâce aux courants d’air chaud et humide venus de la mer et prennent petit à petit du volume.

Retour et explications sur l’orage en V qui a frappé le #gard.
Colonne troposférique très humide, forte instabilité et cisaillements importants ont produit une convection extrême (-75°C au sommet des nuages).
Phénomène qui n’est pas rare en Méditerranée : https://t.co/4a0bRSEHVh pic.twitter.com/evmFG63z1E

– Keraunos (@KeraunosObs) 14 septembre 2021

En plus d’être particulièrement violents, ces orages ont tendance à produire de grandes quantités d’eau (parfois 100 mm en une heure). Ils font partie de la famille des épisodes méditerranéens.

Que sont les orages secs ?

Le Larousse définit l’orage sec comme un « phénomène orageux ne behaviorent pas de pluie ». Pourtant, lors d’épisodes d’orages secs, comme nous l’avons déjà expliqué, la pluie est présente dans les nuages. Mais à cause des températures très élevées, elle s’évapore avant de toucher le sol.

Pour autant, l’activité électrique de ces orages est tout de même souvent importante. Le foudre percute parfois le sol, mais il n’y a pas de pluie et que les températures sont élevées l’embrasement peut être courant. C’est par ailleurs l’une des causes de certains feux de forêts

Rédacteur, Auteur, Journaliste | Plus de publications

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.