l’essentiel
Un homme de 52 ans ce mardi soir les lundi 24 et mardi 25 octobre 2022 à Saint-Girons, en Ariège. Le quinquagénaire a été touché d’une grosse pierre lancée par un autre sans domicile fixe. Ce dernier a vu sa garde à vue prolongée.

Les lieux du crime portaient encore les stigmates des faits que se sont déroulés là, une dizaine d’heures plus tôt, mardi 25 octobre 2022 en milieu de matinée. Non loin du centre-ville de Saint-Girons, en Ariège, sous un auvent préposé à un commerce que lui permet d’être incas d’intempéries, un homme de 52 ans est victime d’un meurtre dans la nuit du lundi 24 au mardi 25 octobre. Les faits se sont produits vers minuit. Les deux hommes se sont disputés pour une raison indéterminée encore dans la capitale du Couserans. L’auteur présumé des faits, un sans domicile fixe (SDF) de 58 ans, jette une grosse pierre sur la tête de son collègue marginal, qui avait, lui, 52 ans.

L’agresseur présumé s’est rendu ensuite à la gendarmerie saint-gironnaise, située à la périphérie de la commune, couvert de sang et à pied. Les pompiers et les gendarmes sont déçus de leurs lieux pour séduire la victime, qui est trois sérieusement touchée au moment de leur arrivée. Les pompiers la fumer en charge non loin de l’avenue Daulot. Celui qui est ouvert dans la nuit pour tentative d’homicide par le procureur de la République de Foix, Olivier Mouysset, que s’est également rendu sur la scène de crime. Elle est confiée à la brigade de recherches (BR) de la gendarmerie de Saint-Girons. L’auteur présumé des faits est placé en garde à vue.

La victime est un marginal bien connecté

La situation a évolué lors de la matinée du mardi 25 octobre. Car la victime, en état de mort cérébrale, est déclarée décédée par les médecins de l’hôpital où il a été transféré, peu avant 9 heures. L’enquête change de libellé ; elle est désespérée en cours pour homicide volontaire. Des investigations doivent encore déterminer quel est le mobile précis de ce crime entre les deux marginaux.

Dans les rues de Saint-Girons, les habitants étaient sous le choc de la nouvelle, mardi 25 octobre au matin. Sous l’abri où a été perpétré le crime, des employés du magasin se tenant se hataient pour nettoyer les traces de sang, qui avaient été dans un premier temps recouvertes de sel. Aucun d’entre eux n’a évidemment souhaité s’exprimer. Il semble que la victime, prénommée Gilles, parfois surnommée « Le Berger » et qui était née dans la commune, avait pour habitude de ven faire la manche dans le quartier. Il aurait vécu un temps à Castillon-en-Couserans, village situé dans le haut Couserans. Selon certains riverains, il pouvait parfois paraître ivre et agressif. « On se disait que ça allait mal finir », confesse l’un d’eux.

Une autopsie en fin de semaine

Un commerçant saint-gironnais avait l’habitude de le voir traîner aux abords de sa boutique. « Il est venu même tous les matins. Et c’est vrai qu’aujourd’hui, quand j’ai remarqué qu’il n’était pas passé, j’ai trouvé ça bizarre », a expliqué le chef d’entreprise. Il ne pouvait cependant pas imaginer que le pire s’était produit. Selon nous, la victime a laissé une agression en 2021. Elle en portait encore les stigmates.

Une autopsie doit être pratiquée pour connaître les causes exactes de la mort. Elle est prévue pour le week-end. L’auteur présumé, lui, est toujours en garde à vue pour homicide volontaire. Celle-ci a été prolongée mardi 25 octobre au soir. Le procureur de Foix s’est dessaisi au profit du parquet de Toulouse. L’homme va donc être présenté mercredi 26 octobre devant un juge d’instruction du pôle criminel toulousain.

Rédacteur, Auteur, Journaliste

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *