Il existe six espèces de Ruscusprincipalement originaires de la région méditerranéenne (de Madère au sud de l’Europe et à l’Iran) où ils poussent à l’ombre sous les arbres des bois.

Ils se propagent à travers les bois et nos jardins, par des tiges souterraines (rhizomes), ce qui les rend un peu difficiles à enlever lorsque vous décidez que vous en avez assez. Comme l’avait fait un de mes anciens collègues, Pat Houlcroft, lorsqu’il m’a récemment envoyé une note de sa maison sur la haute côte nord de Sydney.

Pat a parlé de l’effort requis pour déplacer ce qu’on appelle communément balai de boucher, mais aussi la fascinante ‘fleur déplacée’. Cette fleur semble être au mauvais endroit, dépassant du milieu d’une feuille.

En fait, il provient du milieu d’une tige modifiée, appelée cladode, qui ressemble à une feuille. Les feuilles réelles sont de petites écailles brunes à la base du cladode. Ils ressemblent à ceci :

Il y a quelques fleurs insérées sous une saillie verte pointue appelée bractée, qui n’est pas sans rappeler la vraie feuille. Les fleurs sont généralement toutes mâles ou toutes femelles, avec les sexes principalement sur des plantes séparées – bien que des plantes aient été sélectionnées en horticulture avec des fleurs contenant des parties mâles et femelles. Le fruit, lorsqu’il est présent, est une baie rouge gaie.

Ruscus aculeatus, baie mûre fraîche

J’ai toujours connu cette plante – ou ce groupe de plantes – depuis Buisson à mouches. Lorsque vous vous approchez du buisson, il semble qu’il y ait des mouches ou un autre insecte assis au milieu des feuilles. Une inspection plus minutieuse révèle une grappe de fleurs délicates, ou tard dans la saison (ces photos ont toutes été prises en décembre) leurs restes séchés.

Bien que les fleurs – mortes ou vivantes – ressemblent à des insectes, elles ne ressemblent pas vraiment à une mouche. Comme vous pouvez le voir en comparant la photo du haut du poteau, avec une mouche posant sur un cladode, et les restes des fleurs sur la feuille en dessous.

La plupart de ces photographies ici sont d’un hybride entre Ruscus hypoglossum et Ruscus hypophyllum appelé Ruscus X microglosse (oui, la terminaison latine « -us » est différente des deux autres « -um », mais nous laisserons cela aux spécialistes des langues anciennes).

Nous avons les deux espèces parentales et cet hybride poussant dans les jardins de Melbourne, ainsi que le relativement commun Ruscus aculeatus. J’ai eu la chance de trouver deux fruits sur notre spécimen de cette espèce, un rouge (deux photos ci-dessus), un vert. Voici à quoi ressemblent les feuilles de cette espèce, suivies des deux autres.

Ruscus aculeatus

Ruscus hypoglossum
Ruscus hypophyllum

Ruscus fait partie de la famille des Asparagacées, regroupée le plus étroitement (sous-famille des Nolinoideae) avec l’herbe mondo et une succulente distinctive sur laquelle j’ai déjà posté. Aucun de ceux-ci ne partage l’étrange appareil floral et le positionnement trouvés dans Butcher’s Broom, bien que les botanistes du Royal Botanic Gardens d’Édimbourg estiment que ces bractées insérées à la base des fleurs rappellent l’homonyme de sa famille, l’asperge.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.