C’est Fouquieria diguetii, que vous pouvez appeler Ocotillo ou Palo Adon (l’arbre d’Adam).

Il pousse dans le jardin Elisabeth Murdoch de Californie, à côté du nouveau jardin aride des jardins botaniques royaux de Melbourne. En dehors des jardins botaniques et des collections spécialisées, il pousse principalement dans le désert de Sonora en Basse-Californie, au Mexique. Donc une sorte de Californie…

Le nom scientifique sonne très français car le genre a été nommé d’après Pierre Éloi Fouquier, médecin du roi au début du XIXe siècle, et l’espèce, d’après Léon Diguet, un naturaliste français qui a beaucoup exploré et collecté au Mexique.

Phillippe van Tieghem a examiné les collections Diguet, qui comprenaient le genre de l’espèce Bronnia qui fait désormais partie de Fouquieria: un nom difficile à prononcer sans authenticité ou sans que le son ne soit percuté.

Comme l’appelle Wikipédia, « bien qu’il s’agisse d’une plante du désert à demi-yeux, l’Ocotillo est plus étroitement associé au thé et aux myrtilles qu’aux cactus ». Cette citation provient de l’entrée sur Fouquieria splendens, avec lequel ils attribuent le nom commun Octotillo, mais la déclaration s’applique à l’ensemble du genre.
Et pourquoi? Eh bien à cause des Fouquieriacées, une famille d’un genre (Fourquiería) regroupées aujourd’hui avec les familles thé et bruyère, dans l’ordre des Ericales.
Il existe 11 espèces de Fougquiéria et quelques-uns d’entre eux semblent s’appeler Ocotillo. Fouquieria splendens, qui attire plus souvent ce nom, chaque fleur a quelques autres étamines (les parties mâles sont jaunes poussière) et une tige plus épaisse et plus distinctive. Ces fleurs sont rouges chez les deux espèces et ont une forme qui favorise la pollinisation par les hanches.

Le stock a une écorce attrayante qui s’écaille et, comme quelques plantes du désert, est partiellement vert pour lui permettre de faire la photosynthèse (d’où moins de couverture foliaire).

Les épines sont typiques de nombreuses plantes du désert, comme les cactus non apparentés, et agissent pour protéger la plante des animaux qui peuvent s’emparer de ces quelques feuilles précieuses.

C’est une plante intéressante avec une doublure étrange. Ce n’est pas le plus beau spécimen de jardin mais il correspond plus ou moins à notre jardin à thème californien. Le jardin s’étendra bientôt en nom et en portée à la Collection des terres arides et arides d’Amérique du Nord. Phew.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *