Paris, 2 juillet (Spoutnik) Télévision BFMTV.

« La nuit s’est avérée plus calme que celles d’avant samedi, bien qu’au moins 427 personnes aient été interpellées à travers le pays, dont 126 à Paris et 65 à Marseille », a indiqué le média, citant un rapport préliminaire du ministère de l’Intérieur.

Plus tôt ce samedi, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, avait annoncé la mobilisation de 45 000 policiers pour faire face aux manifestations et l’envoi de renforts à Lyon et Marseille.

Mardi, un policier a tué l’adolescente Nahel M. à bout portant à un poste de contrôle de la ville de Nanterre, en périphérie de Paris.

Le policier a d’abord affirmé avoir tiré parce que le jeune homme aurait menacé son intégrité, mais des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux ont démenti cette version.

Les fortes manifestations ont entraîné des affrontements avec la police dans plusieurs régions du pays.

Qui est la victime et pourquoi les émeutes ont-elles eu lieu ?

Le jeune homme décédé était un jeune de 17 ans descendant de migrants d’Algérie et du Maroc. Il s’appelait Nahel et a été abattu par un policier lors d’un contrôle routier à Nanterre, en banlieue parisienne.

Le jeune homme conduisait une Mercedes dans une voie réservée aux bus, enfreignant le code de la route. Lorsque la Police a remarqué qu’un contrevenant circulait, elle a tenté de l’arrêter à une intersection avec les sirènes et les feux allumés. Cependant, Nahel n’a pas accepté les demandes de la police et a continué à conduire, mettant en danger la vie d’un piéton et d’un cycliste. Cependant, le jeune homme n’a pas pu s’échapper et les agents l’ont rattrapé dans un embouteillage.

Selon le procureur Pascal Prache, les deux policiers ont dégainé leurs armes, se sont approchés de la voiture et ont exigé que le jeune homme coupe le moteur. Cependant, Nahel a tenté de s’éloigner des lieux et l’un des policiers lui a tiré dessus à bout portant à travers la vitre de la voiture. La balle a transpercé le bras gauche et la poitrine du jeune homme, le tuant. Ce n’était pas le premier incident lié à une infraction au code de la route commise par Nahel.

Le meurtre du jeune homme a alimenté de nombreuses plaintes pour violences policières et racisme systémique au sein des forces de l’ordre, exprimées par les Français. Malgré le fait que ces accusations soient devenues l’une des raisons des manifestations, la mère du mineur décédé s’est prononcée en faveur de la non-condamnation du système policier.

« Je ne blâme pas la police. Je suis en colère contre une seule personne : l’homme qui a tué mon fils. […] Ce n’est pas le système, c’est un homme », a-t-il déclaré. La femme a demandé que la justice soit « vraiment ferme » contre l’agent, qui a été arrêté le jour même du meurtre et qui est actuellement en détention provisoire.

Conséquences des émeutes

Les émeutes ont commencé mardi à quelques centaines de mètres du domicile de la victime, à Nanterre, et se sont rapidement transformées en affrontements entre forces de l’ordre et manifestants.

Il y a eu des actes de vandalisme aux arrêts de bus, des poubelles sur les routes, des voitures et du mobilier urbain ont été incendiés, en plus d’ériger des barricades qui ont ensuite été également incendiées. Le premier jour, au moins 24 personnes ont été arrêtées par la police.

Au deuxième jour des manifestations, les affrontements sont devenus encore plus violents et se sont étendus à plusieurs villes, comme Toulouse, Nantes, La Courneuve, Nice, Lille, entre autres.

Il y a eu de grands incendies et des attaques contre des postes de police et des véhicules de police. Ainsi, des manifestants du département de l’Essonne ont mis le feu à un bus, provoquant une perturbation des services de transport, et ont même tenté de s’introduire dans l’une des plus grandes prisons de France, située sur la commune de Fresnes, pour libérer certains détenus. Au moins 150 personnes ont été arrêtées.

Des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues à travers le pays au cours de la troisième journée d’émeutes, transformant la manifestation en un problème national.

Les manifestants ont mis le feu à près de 500 bâtiments publics et privés. Les émeutiers ont également attaqué 79 établissements de police, commissariats et gendarmerie. Plus de 3 800 incendies ont été enregistrés sur la voie publique et 1 900 véhicules ont été incendiés.

Parmi les installations endommagées figurent une piscine d’entraînement en construction pour les prochains Jeux olympiques de Paris, en 2024, et la plus grande bibliothèque municipale de la ville de Marseille.

Les autorités françaises ont mobilisé 40 000 agents et d’importants moyens techniques et technologiques pour contrer la violence croissante. Ainsi, cette même nuit, la Police a arrêté 667 personnes. Les affrontements ont fait 249 blessés policiers et gendarmes.

Au quatrième jour de manifestations, malgré des mesures plus strictes, les cas de vandalisme ont augmenté dans les plus grandes villes de France.

1 350 véhicules ont été incendiés, des incendies et des dégâts ont été enregistrés dans 234 bâtiments, tandis que 2 560 incendies se sont déclarés sur la voie publique. Les manifestants ont également attaqué 31 commissariats, 16 locaux de la police municipale et 11 casernes de gendarmerie.

45 000 agents des forces de l’ordre ont été mobilisés ainsi qu’un déploiement de véhicules blindés de gendarmerie et de 29 hélicoptères. Les forces de sécurité ont procédé à 1 311 arrestations.

Comment Macron a-t-il réagi ?

Le président de la France, Emmanuel Macron, a réagi à l’incident au lendemain du meurtre du mineur. «Nous partageons le sentiment et la douleur de la famille et des amis de la jeune Nahel. […] L’affaire a été immédiatement portée devant les tribunaux », a écrit le président sur son compte Twitter.

Cependant, les violences se sont poursuivies, obligeant Macron à quitter Bruxelles, où se tenait un sommet de l’UE, et à retourner dans le pays. Par ailleurs, Macron a reporté ce samedi sa visite en Allemagne prévue du 2 au 4 juillet, en raison de la situation difficile dans le pays.

Au final, Macron s’en est pris aux manifestants et a qualifié d' »inacceptable » que la mort d’un jeune homme soit utilisée pour justifier la violence. « Je condamne dans les termes les plus forts tous ceux qui profitent de ce moment pour tenter de semer le désordre et d’attaquer nos institutions », a-t-il déclaré.

En revanche, Macron a affirmé que les réseaux sociaux et les plateformes de jeux vidéo « jouent un rôle important » dans les émeutes des derniers jours et que la violence s’organise en ligne.

Malgré les protestations massives, ce mercredi le président a assisté au concert d’Elton John à Paris avec sa femme, Brigitte Macron, provoquant les critiques des politiques et de la population.

L’ONU demande que les problèmes de racisme soient pris au sérieux

L’ONU a également réagi aux événements en France, appelant Paris à prendre au sérieux les problèmes de racisme. Le porte-parole du Bureau des droits de l’homme des Nations unies, lors d’une conférence de presse, a souligné que l’agence « demande aux autorités de garantir que l’usage de la force par la police, pour faire face aux éléments violents lors des manifestations, respecte toujours les principes de légalité ». , nécessité, proportionnalité, non-discrimination, précaution et responsabilité ».

De son côté, le ministère français des Affaires étrangères a répondu que Paris considérait les accusations de racisme comme « totalement infondées ». Il a souligné que « la France et ses forces de l’ordre luttent résolument contre le racisme et toutes les formes de discrimination ». (Spoutnik)

Rédacteur, Auteur, Journaliste | Plus de publications

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *