l’essentiel
Plusieurs actions contre la réforme des retraites ont eu lieu ce jeudi matin à Toulouse. Les voies permettant l’accès au périphérique ont été bloquées, tout comme le technicien TER.

La contestation se poursuit ce jeudi 9 mars à Toulouse contre le projet de réforme des retraites. Une cinquantaine de manifestants ont tenté de bloquer la circulation dès 7h00 au niveau des Ponts Jumeaux, ou ils ont été évacués par la police. Ils ont retrouvé un autre groupe devant le Conseil départemental, où ils ont alors déployé leur banderole en travers de l’avenue Honoré-Serres afin de perturber la circulation matinale. Le boulevard de la Marquette a ainsi été bloqué et la circulation paralysée sur le bord du Canal du Midi.

Aux Ponts Jumeaux, des manifestants ont bloqué l’accès au périphérique.
DDM

Dans le même temps, le rond-point du Palays, qui a accès à la périphérie sud-est, est bloqué à partir de 7h00. L’action est terminée avant 10h00.

Après 5h00 du matin, une centaine de cheminots ont également filtré les entrées du Technicentre, le centre de maintenance des TER, situé chemin du Raisin, à proximité de la gare Matabiau. « On ne bloque pas. On laisse passer les collègues qui travaillent, précise Victor Imbault (CGT).

A lire aussi :
La manifestation du 7 mars contre la réforme des retraites à Toulouse at-elle battu tous les records ?

L’action est menée par l’intersyndicale des cheminots formée de la CGT, de l’Unsa, de la CFDT, de Sud Rail et FO. Des sections syndicales d’autres professions les ont rejoints. Mercredi, l’intersyndicale a voté la poursuite de la grève aujourd’hui. Le trafic ferroviaire repose là où je l’ai dérangé. Une assemblée générale aura un jeudi matin devant le technicien pour décider de la grève suite.

Filtrage à l'entrée du technicentre des TER près de la gare Matabiau.

Filtrage à l’entrée du technicentre des TER près de la gare Matabiau.
DDM – MANON HAUSSY

Rédacteur, Auteur, Journaliste

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *