l’essentiel
La réflexion menée en concertation avec les élus et les habitants de Mirepoix-sur-Tarn, au nord de Toulouse sur le projet de pont touche à sa fin. Le type d’ouvrage retenu sera révélé après l’été. Mais déjà, de nouveaux éléments donnent les contours de cet imposant chantier porté le Département.

Quel pont enjambera la rivière entre Mirepoix-sur-Tarn et Bessières ? Si la réponse définitive n’est pas au moment de la journée, donnée par le Conseil départemental chargé de la construction du nouvel ouvrage, de nouveaux éléments viennent d’être apportés. L’ouvrage qui sera reconstruit en lieu et place de celui effondré sous le poids d’un camion, le 18 novembre 2019, a causé la mort de deux personnes (1), ne sonnera en rien au précédent et sera totalement adapté aux modes de déplacements actuels. « La définition du nouveau pont sera lancée en septembre par les services du Département qui continueront à finaliser le projet. L’ensemble des solutions ayant été validé par eux sur le territoire, une réunion publique sera programmée », explique Martine Croquette, vice-président du conseil départemental, en charge de la mobilité, des infrastructures et des itinéraires.

Ponts suspendus et haubanés peu appropriés…

Il faudra donc s’armer de patience pour savoir à quoi appellera exactement cet ouvrage tant attendu même si la réflexion est déjà bien avancée. Plusieurs concertations publiées sur ces organismes en novembre et décembre 2021. Lors de la deuxième concertation, cinq scénarios sur celles-ci sont présentés par les services départementaux pour des budgets allant de 8 à 15 M€ : plusieurs parcours, un haubané, une suspension, un en arc . À ce stade de la réflexion, il semblerait que les ponts de type haubané, suspendus et en arc ne soient pas les solutions les plus appropriées. « Ils sont présents en effet des difficultés techniques et une adaptation aux aménagements des abords plus compliqués. En plus de cela, ils s’intègrent plus difficilement dans l’environnement local. Mais une fois encore rien n’est validé », confirme Martine Croquette… Contrairement au livre plus sur l’ouvrage, le vice-président mentionne en retour qu' »une réflexion plus globale sur l’amendement du secteur à récemment est lancée ». Il s’agit, dit-elle, de « la requalification nécessaire des abords du pont sur la commune de Mirepoix-sur-Tarn, pour assurer une continuité routière avec le futur ouvrage. Des échanges ont eu lieu avec le maire de la commune et cet élément fait maintenant partie du projet ». Il ajoute que « les mobilités douces ont également été intégrées dans le projet de reconstruction du pont, avec l’intégration de voies dédiées aux piétons et aux cyclistes… ». Elle rappelle que les études et les travaux de ce nouveau pont dureront « entre 5 et 6 ans, du fait des études incompressibles ». Martine Croquette in profite pour rappeler que « l’ensemble des ouvrages d’art (plus de 1800) en Haute-Garonne fait l’objet d’un suivi régulier et encadré par des normes précises, auquel le conseil départemental se conforme ». L’enquête sur l’effondrement du pont est toujours en cours. Le Conseil départemental a livré toutes les pièces possibles, certaines ayant été extraites du fond du Tarn, afin de faire toute la lumière sur ce drame que les habitants n’oublieront sans doute jamais.

1- Lisa Nicaise, 15 ans, et Damien Calvel, le chauffeur du poids lourd ont péri dans cet accident

Rédacteur, Auteur, Journaliste | Plus de publications

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.