l’essentiel
Le département compte trois salles de réalité virtuelle à Albi, au Séquestre et à Castres. Dans chacune d’elle, on cherche à séduire un public parfois déçu par cette nouvelle technologie encore tâtonnante

La réalité virtuelle a pu faire rêver lors de son lancement en grande pompe, il y a déjà près de 10 ans. Plus tard, la technologie semble séduite par un grand public échaudé par ses premiers essais et la cybercinétose, sorte de « Mal des transports virtuels » courant à son arrivée sur le marché. Pourtant, la VR (pour Virtual Reality) a fait de nombreux progrès et semble même vivre un petit boom dans le Tarn.

A Albi, Brice Ducros, gérant de la Matrice, ouverte depuis bientôt quatre ans, vient ainsi tout juste de recevoir deux nouvelles machines qui pourraient bien réconcilier réalité virtuelle et grand public. « C’est une nouvelle technologie qui permet d’éviter la cybercinétose », confesse d’emblée son gérant, qui a attendu près de deux ans ces prototypes venus tout droit de Hongrie. « Beaucoup passé de gens ma porte, après avoir eu une mauvaise première expérience. Là, les machines changent la donne. Et ce sont toutes les premières à Albi. »

Dans sa boutique de l’avenue du colonel Teyssier, ces sièges, qui épousent les mouvements de la caméra, ne passent pas inaperçues dans l’atmosphère légèrement punk du lieu. Trônant en majesté, ils offrent toute une palette de divertissement, du pilotage automobile au rallye, en passant par le vol touristique, les combats aériens ou les montagnes russes. Un panel de possibles que je pensais séduire principalement les 30-50 ans, la nouvelle cible de la VR. « J’ai me un papy qui est venu à la salle pour tout autre chose. Et qui devrait prochainement venir tester le simulateur de vol. C’est un public qui ne pourrait-être jamais venu pour un jeu plus traditionnel, mais qui Rien de plus simple pour essayer cette technologie », conclut Brice Ducros. Un public qu’un autre vis aussi dans l’Albigeois.

Miser sur les nouvelles technologies

À quelques km de là, le Sept propose dans sa alle de jeux du Séquestre plusieurs activités de réalité virtuelle, parmi elles, on retrouve notamment l’omni directionnel (avec un harnais) et le free roaming (du déplacement libre) au sein d’ une section ouverte il y a près d’un an. « Ce sont des activités émergentes, avec un type de jeu très immersif et très fluide. Ici, on bouge dans le réel et simultanément dans la vertu », détaille le responsable de la structure, Dominique Plumet.

Un dispositif qu’ils sont les seuls à proposer dans le Département. « Concernant la VR, il y a déjà un public de connaisseurs et d’autres qui ne savent pas ce qui s’est passé ou ce qu’est une mauvaise expérience. L’objectif est de casser les a priori en présentant ce qu’est la réalité virtuelle aujourd’hui », complète le gérant dans un sourire. « Et ça plait déjà. »

À Castres, dans la plus récente salle du Tarn, Arkabase, on met plutôt sur une ambiance particulière pour séduire ceux qui n’ont pas encore osé franchiser le pas. « Sur une décision visant à réprouver le concept des salles d’arcade de l’époque et à proposer un support de jeux et d’expériences en réalité virtuelle accessible via une carte bancaire avec des jetons virtuels. La carte est ensuite débitée d’un jeton par minute de jeu », résume Marc Delpont qui est à la tête de sa boutique après un bébé. Et le gérant de résumer l’état d’esprit général. « Le plus dur n’est pas de convertir les gens à la VR, mais de les faire venir. Car une fois la première partie terminée, ils veulent tout de suite redémarrer. »

Rédacteur, Auteur, Journaliste

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *