l’essentiel
Des « mouches gypaètes », réussies comme éteintes depuis 1836, ont été observées dans les Pyrénées l’hiver dernier. Après quelques années, un chercheur toulousain est penche de près sur cette espèce.

C’est une découverte surprenante qui a été faite par un jardinier, à l’intérieur du Parc National des Pyrénées. Le site indiquait récemment que celui-ci menait une « surveillance de veille sanitaire en vallée d’Ossau », à 1 700 mètres d’altitude, lorsqu’il fallait localiser le cadavre d’un sanglier. Le garde-moniteur s’est alors rapproché de la carcasse et clairement identifié des Thyréophora cynophilaégalement connu sous le nom de « mouches gypaetes ».

Cette (re)découverte, annoncée par le parc vendu le 12 décembre, cette tout aussi plus étonnante que l’espèce était considérée comme éteinte depuis… 1836. Dans les Pyrénées, les recherches sur l’espèce se multiplient : « Depuis 2018, l’entomologiste Laurent Pelozuelo, (Université Paul Sabatier de Toulouse) mobilisé des acteurs de l’environnement pour la recherche sur le versant français des Pyrénées. Une première donnée française est obtenue en Ariège en 2019, puis rejoint en 2020 », explique le parc national des Pyrénées sur les réseaux sociaux.

Des observations que retiennent rares

Le site explique également ce qu’il faut observer cette espèce est extrêmement rare. « La mouche gypaète est surtout active l’hiver, le froid ne semblant pas déranger ses larves qui se nourrissent sur les carcasses en décomposition dans la neige », poursuit le parc. Le site invite les promeneurs et les badauds à se munir d’apparitions et de photos de l’hôte pour immortaliser cette mouche si vous la croisez lors de vos pèlerinages.

Vos clichés sont toujours envoyés à l’adresse suivante : laurent.pelozuelo@univ-tlse3.fr.

Rédacteur, Auteur, Journaliste | Plus de publications

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.