Comme mentionné, le phytoplasme ne peut exister à long terme que dans le forum de sa plante hôte. Ils ne produisent aucune sorte de fructification et ne sont pas transférés par voie aérienne ou au contact des tissus. Cela crée un problème pour trouver de nouveaux hôtes, surtout si la mort de la plante est un résultat inévitable de l’infection. C’est le point où un vecteur doit entrer dans l’image.

Le vecteur est dans de nombreux cas un insecte qui reproduit la sève en achetant des feuilles. Les bourgeons foliaires utilisent leur trompe en forme d’aiguille pour inverser le phonème et extraire le jus. C’est ce comportement alimentaire que le phytoplasme exploite pour compléter son cycle de vie. De plus, le phytoplasme ne le fait pas passivement. Tout comme les phytoplasmes modifient l’expression des gènes dans les cellules des pétales, ils peuvent également modifier l’expression des gènes impliqués dans les défenses des plantes.

Recherche sur les infections Arabidopsis Les plantes ont montré que le phytoplasme incite la plante à réduire la production d’une hormone appelée jasmonate. Ceci est intéressant car le jasmonate est impliqué dans la protection des plantes contre les mauvaises herbes. Il a été constaté que lorsque les plantes produisaient moins de jesmonate, les acheteurs de feuilles étaient 30 à 60 % plus susceptibles de pondre des œufs sur ces plantes. Essentiellement, le phytoplasme réduit les défenses des plantes de sorte qu’elles sont plus susceptibles d’être infestées de suie.

Comme les acheteurs mangent une feuille sur des plantes infectées, ils sont sûrs de tirer beaucoup de phytoplasme dans le processus. Grâce à une série d’événements complexes, le phytoplasme ingéré pénètre dans les glandes salivaires du shopper. Ensuite, lorsque la feuille se déplace d’une plante à l’autre, forant le folio pour se nourrir, elle transfère une partie du phytoplasme de sa salive à de nouveaux hôtes, mettant ainsi fin au cycle de vie de ces parasites végétaux.

Pour le ramener à ces rayures vertes sur les fleurs de trille, je soupçonne que le phytoplasme pourrait stimuler les « feuilles » à concentrer leur vie sur les tissus infectés en changeant les cellules des pétales pour qu’elles ressemblent davantage à des feuilles. Cependant, ce ne sont que des spéculations. Le manque de données en dehors du domaine agricole indique un vide scientifique important qui doit être comblé.

Lectures complémentaires : [1] [2] [3] [4] [5] [6]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *