l’essentiel
De nombreux quartiers résidentiels d’Albi et de Carmaux se sont retrouvés sans électricité, ce soir, soit près de 30 000 clients impactés. Un peu plus tôt dans la journée, la CGT avait renvoyé des coupures dans le cadre de la mobilisation contre la réforme des retraites.

Si la journée d’action du 16 février avait fait d’Albi l’épicentre des cortèges syndicaux, celle du 7 mars en a fait la capitale des pannes de courant.

Alors que plusieurs coupures d’électricité ont émaillé cette journée de mobilisation contre la réforme des retraites, ciblant en particulier l’hypercentre et ses administrations, c’est désormais au tour des quartiers résidentiels d’expérimenter l’éclairage à la bougie.

A lire aussi :
Grève du 7 mars : Albi, Cahors, Annonay… des coupures d’électricité sauvages paralyzed plusieurs villes du pays

L’angoisse d’une nuit sans chauffage

Après 22h30 ce soir, de nombreux secteurs d’Albi et de Carmaux sont plongés dans le noir, d’après plusieurs témoignages concordants recueillis par La Dépêche du Midi.

Cette situation, qui dure depuis plus d’une heure, plonge de nombreux Albigeois dans l’angoisse d’une nuit sans chauffage, en particulier ceux tributaires d’une installation électrique. La direction d’Enedis n’était pas joignable ce mardi soir pour nous préciser le périmètre du black-out, ni les délais de remise en service du réseau.

A lire aussi :
Réforme des retraites : coupures de courant à Albi, la CGT et Enedis reviennent au bal

30 000 clients concernés

La préfecture indique pour sa part que 30 000 clients seront concernés principalement dans l’Albigeois et le Carmausin. À Carmaux, le courant vient d’être rétabli dans quelque 7 000 foyers.

Un peu plus tôt dans la journée, la CGT avait renvoyé une série de coupures. Des « actes mauvais » condamnés par la direction d’Enedis, qui a annoncé son intention de déposer plainte.

Rédacteur, Auteur, Journaliste

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *