l’essentiel
L’ancienne joueuse du TFC comparaissait ce jeudi devant le tribunal correctionnel de Toulouse. Elle est soupçonnée de harcèlement envers plusieurs joueuses du pôle espoir féminin de Blagnac.

« Nous avions l’objectif d’alimenter les sélections nationales. Ces footballeuses sont vouées à devenir pros. Je suis exigante et franche. Je dis les choses comme je les ressens. Je n’avais aucune intention de blesser ou d’humilier. Je voulait qu’elles passent des échelons », assure Gaëlle Dumas, cheveux blondes, veste claire sur les épaules, jean et chaussures sombres. Elle écoute attentivement la présidente du tribunal correctionnel de Toulouse ce jeudi. Sa gestuelle traduite par un certain agacement lorsque les témoignages des victimes se succèdent.

Le poids, l’acné, la situation familiale… Pendant deux ans, la responsable du pôle espoir féminin de Blagnac, nommée à ce poste par la Ligue Midi-Pyrénées de football, ne laissait rien passer à ses joueuses. L’ancienne internationale de l’Equipe de France, âgée de 50 ans, était jugée pour harcèlement. Des faits commis sur sept adolescentes entre novembre 2020 et avril 2022. Cinq victimes sont défendues par Me Lasserre.

« C’est le haut niveau »

C’est une lettre anonyme adressée au conseil départemental qui autorise l’enquête. Selon cette lettre, après son prix d’interprétation en 2020, la quinquagénaire sera montrée tyrannique avec les adolescentes. « Tu es moche, menteuse, trop grosse. Ton beau-père est un alcoolique »: les mots visant ces lycéennes étaient durs. Sûrement trop pour ces filles de 16 ans. En deux ans, une dizaine de jeunes joueuses subiraient ce harcèlement quotidien. Mais elles n’osaient pas parler, de peur de se faire virer et dire adieu à une potentielle carrière professionnelle.

Au cours de l’enquête menée par les policiers, des dizaines de personnes ont été auditionnées. « Certains footballeurs ont été traumatisés. Ils ont pris du poids, sombré dans la dépression, arrêté le sport », a expliqué le président du tribunal. « Je voulais les aider. J’avais un cahier des charges à respecter. Elle devait performer sportivement et au niveau scolaire. C’est le haut niveau », a affirmé le quinquagénaire, qui nie tout harcèlement.

À la barre, Gaëlle Dumas a répondu à tout. Elle semble même faire preuve de légèreté. Une attitude qui agace Jean-Michel Peltier, procureur de la République. « Elle n’est pas formée pour ce poste! Les mineurs ont besoin d’avoir confiance en eux », a estimé l’avocat. Il requiert de 6 à 10 mois d’emprisonnement avec une sursis probatoire de deux années, l’interdiction de paraître au pôle de Blagnac et d’entrer en contact avec les suspectes.

La décision est erronée le 1er février 2023.

Rédacteur, Auteur, Journaliste

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *