l’essentiel
Le tirage au sort du premier tour de la Coupe d’Europe et du Challenge européen 2022/2023 a lieu le mardi 28 juin en fin de journée. Première, cette année : 5 clubs d’Afrique du Sud ont intégré la compétition. De plus, le Stade Toulousain pourrait revenir jouer l’un des six matches de… Durban ! Explications.

Les Stormers du Cap, les Bulls de Pretoria, les Sharks de Durban, les Lions de Johannesburg et les Cheetahs de Bloemfontein. Cinq franchises d’Afrique du Sud qui se disputaient la saison prochaine les coupes… d’Europe ! Du rugby… Les trois premières joueront la Champions Cup, les deux dernières le Challenge européen. Les organisateurs des coupes d’Europe de rugby ont annoncé cette ouverture jeudi 2 juin.

Ils se sont rencontrés le mardi 28 juin avec les adversaires de la première tournée. Et le Stade Toulousain pourrait hériter de l’une de ces franchises.

A lire aussi :
Champions Cup : « On ne pourra plus appeler ça la coupe d’Europe », lâche Clément Poitrenaud au sujet du format de la saison prochaine

Davantage de commentaires des franchises sud-africaines se retrouvent-elles pour intégrer les coupés d’Europe ?

Les trois premiers nommés disputent, depuis la dernière saison, le United Rugby Championship avec des provinces irlandaises, galloises, écossaises et italiennes. Les Stormers ont fini 2e, les Bulls 4e, et les Sharks 5e. Membres d’une Ligue européenne, ces équipes sont qualifiées pour un biais « classique », au côté de formations telles que les Irelandis du Leinster, du Munster et de l’Ulster ou encore, des Ecossais d’Edimbourg et des Gallois des Ospreys.

Voyage à Durban pour le Stade Toulousain ?

Même procédé pour les Lions, au Challenge Européen. Les Cheetahs ont, eux, été invités par l’EPCR, organisateur des Coupes d’Europe.

A lire aussi :
René Bouscatel : « Les clubs vont progresser en rencontrant plus fort »

Il semble que, maintenant, les grands mécènes du rugby européen arrivent avec enthousiasme : « L’arrivée des Stormers, des Bulls, des Sharks et des Lions nous aidera à faire le tour d’une touche rugby des joueurs de renommée mondiale et de nouveaux supporters », a assuré Dominic McKay, président de l’EPCR. La volonté de l’instance est de « continuer à développer les tournois pour en faire les meilleurs du rugby de clubs », ce qui passe par « continuer d’offrir des revenus commerciaux solides à nos ligues et en accorder un level toujours plus elevé de matches passionnants pour nous les fans ».

A lire aussi :
Rugby : avec l’intégration des provinces sud-africaines, les Coupes d’Europe vont entrer dans une nouvelle ère

En retour, côté terrain, il crispe pas mal d’acteurs du rugby européen, et acheter en France : « Est-ce qu’on peut encore appeler ça la coupe d’Europe ? questionnait il ya peu dans les colonnes de La Dépêche Clément Poitrenaud, entraîneur des arrières du Stade Toulousain. Dans mon sens, non. Sportivement, ce sont de nouveaux challenges qui sont hyper excitants. C’est un rugby différent, face à de nouveaux joueurs. Après sur le format de la compétition en lui-même, j’ai du mal à comprendre. C’est comme si on rentrait l’Afrique du Sud dans le Tournoi des VI Nations. Ce ne serait plus la même concurrence. Je suis encore vieux jeu et attaché à quelques traditions et c’est vrai que ça dénature pour moi ce concours. C’est devenu une compétition à part entière. C’est pour ça que cette saison revêt une importance particulière. Quelque part il y a déjà un peu de nostalgie on dira que c’est la dernière fois que l’on dispute cette compétition. »

A lire aussi :
Coupe d’Europe : connue comme les cinq franchises sud-africaines ayant participé à la Coupe d’Europe avec un prochain

Finaliste du Top 14, Castres, placé dans le chapeau 1, a bénéficié d’un adressable plutôt tirage sur le papier, même s’il vaudra mieux hériter dans le chapeau 4 des London Irish que d’Exeter côté anglais (Edimbourg ou les Ospreys côté Celts ). Pour Toulouse, je me suis placé dans le chapeau 2 en tant que demi-finaliste du Top 14, ce sera Gloucester ou Sale et le Munster ou… les Sharks de Durban.

Rédacteur, Auteur, Journaliste | Plus de publications

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.