Comme nous n’avons ici que la maison tropicale beaucoup plus petite, j’ai décidé que j’aimerais acquérir plus d’expérience avec les plantes tropicales à plus grande échelle et travailler dans le biome de la forêt tropicale à Eden et voir différentes choses qui peuvent être faites avec elles. J’étais également intéressé par la conservation ex-situ qui a lieu dans le biome de la forêt tropicale en raison de la destruction de la forêt tropicale réelle ! Le site du projet était autrefois une fosse d’extraction d’argile de Chine, et il est construit de sorte que vous ne puissiez pas voir les biomes tant que vous n’êtes pas sorti correctement sur le site, il était donc très excitant de se tenir sur le point de vue illustré ci-dessus et de voir le voir pour la première fois.

Il y avait plein de plantes intéressantes avec lesquelles j’ai eu la chance de travailler. Certains de mes favoris étaient le marais de mangrove (Rhizophora mangle) qui a été récemment planté. Les forêts de mangroves poussent sur la côte et leurs racines aident à maintenir les côtes ensemble contre l’érosion, bien que celles-ci soient suffisamment petites, elles ne feront pas grand-chose pour l’instant !

Ils fournissent également un habitat très important pour de nombreuses autres plantes et animaux, car ils peuvent pousser dans l’eau salée. Les racines qui les soulèvent au-dessus de l’eau sont appelées racines sur pilotis, et certaines espèces ont des racines «respirantes» spéciales appelées pneumatophores qui poussent au-dessus du sol.

C’était aussi vraiment cool de voir Colocasia esculenta, souvent connue sous le nom de taro, qui a des bulbes comestibles et est cultivée comme légume-racine dans de nombreux endroits tropicaux. On pense que Colocasia est l’une des premières plantes cultivées !

Pendant le stage, j’ai aidé à arroser le biome et j’ai effectué des travaux de réparation sur le système d’irrigation par aspersion là où il fallait l’étendre. Nous avons également éliminé de nombreuses plantes qui étaient devenues incontrôlables dans les différentes sections, et comme la plupart des lits sont en pente, cela pourrait ressembler beaucoup plus à une aventure dans la jungle qu’au désherbage auquel je suis habitué! J’ai également aidé à monter certaines des épiphytes que Russell et moi avions ramenées sur leur écorce, prêtes à être exposées sur le mur d’épiphytes.

C’était très amusant – nous avons dû monter sur une nacelle élévatrice pour atteindre la terrasse supérieure du mur !

Après le travail, je restais pour explorer le reste du site Eden Project. C’était très cool de passer du temps dans le biome méditerranéen et de voir des plantes que je connais de notre Grande Serre, comme les expositions d’Angiozanthus. Il faisait très chaud dans les biomes quand le soleil était sorti, et je ne pense pas que le personnel qui y travaillait se soit rendu compte à quel point ils s’y étaient acclimatés. À la fin de la semaine, je ne le remarquais pas tellement non plus, mais rentrer à la maison le soir était agréable et rafraîchissant.

Le dernier jour, j’ai été emmené sur la plate-forme d’observation située au sommet du biome de la forêt tropicale, qui est une plate-forme suspendue au milieu du biome. C’était tellement cool de voir la disposition des lits d’en haut et les différentes textures et habitudes de croissance de tout, d’autant plus que les forêts tropicales ont tellement de choses à faire dans leurs couches de canopée. Nous pouvions voir des tas de fleurs que je n’aurais jamais repérées depuis le sol. C’était un très bel endroit où aller en stage et j’ai l’impression d’avoir beaucoup appris et de rencontrer tellement de gens sympas. Mes hôtes à l’hébergement étaient très gentils et avaient beaucoup d’histoires sur le début de la mise en place du projet Eden qui étaient vraiment intéressantes. Tout autour d’un moment vraiment agréable!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.