l’essentiel
C’est une histoire unique dans le paysage sportif. Un club du Gers, triple champion de France de basket. Un véritable monument aujourd’hui disparu, assemblé à partir de toutes les pièces par des passionnés.

« C’est le seul club qui a une trajectoire aussi extraordinaire » : commentaire vocal d’Alain Jardel pour son équipe, le Basket Astarac ClubMirande. Un club que ce professeur d’éducation physique a fondé à 29 ans, en 1975, après avoir été nommé dans le Gers. «Quand je serai arrivé ici, je vais avoir une matière et monter une équipe avec les filles» raconte-t-il.

A lire aussi :
SÉRIE D’ÉTE (1/6). Nos gloires d’antan : le grand Lourdes, l’autre miracle de la cité mariale

C’est Jacques Barbé, de la Direction départementale des sports d’Auch, qui a convaincu Alain Jardel que la création d’un club de basket était possible. « Pour les jeunes filles, il n’y avait rien ici à part le judo et le tennis. Au départ, on crée ce club pour faire jouer les filles dans un petit département départemental. Le soir de la réunion d’information, on a été pris de court : on devait être dans une petite salle de la mairie, mais il y a eu tellement de monde, on s’est retrouvé dans la grande salle de réception. » ajoute le futur entraîneur. Le BACMirande est créé, et prend ses quartiers dans la salle de la Poudrière, qui portera bien son nom.

La création d’un effet de qualité

« On avait des bonnes joueuses, comme Martine Campi, qui vient de Mirande. Chez les filles, on était très local avec des joueuses du village et de la région » explique Alain Jardel, qui a franchit les étapes avec des joueuses du cru comme Florence Roussel. « L’année où on monte (1984), la seule qu’intègre l’effectif, c’est Valérie Garnier » poursuit le coach. Valérie Garnier, une joueuse avec laquelle il va avoir une relation unique. « Ma première rencontre avec Alain, c’est en jouant contre son équipe. Et j’ai marqué plus de 40 points, raconte-t-elle. L’année qui a suivi j’ai joué à Nantes-Rezé en Nationale 2, j’ai fait deux matchs contre le BACMirande qui montait élite, et j’ai été recrutée. On sentait l’effervescence autour de l’équipe. Moi, ça a été particulier : j’ai été indisponible pendant deux ans après une blessure. Personne ne m’a laissé tomber dans le Gers. La confiance que le club eue en mon retour a été exceptionnelle. » Le début d’une relation presque père-fille entre Alain Jardel et sa joueuse.

A lire aussi :
SÉRIE D’ÉTE (2/6). Nos gloires d’antan : volley à Albi, le « Magic Kop » et la féerie des coupes d’Europe

Mirande est donc arrivée en première division en 1984 et doit étoffer son équipe. À l’âge de 1984, Yanick Souvré est arrivé en grand partisan du basketball féminin. Pour la suite, la ligue lui a permis de recruter des joueuses étrangères. La première de BACMirande sera l’Hongroise Judith Medgesi en 1985, avant le club accueille l’Américaine Shannone Mac Gee en 1987.

Le BAC Mirande au sommet

Dans l’émission de la saison 1987-1988, Mirande est signalée comme premier titre de championne de France. L’exploit est déjà énorme, mais la suite démontre bien la trajectoire unique du club. L’équipe entraînée par Alain Jardel remet ça les deux années suivantes. Mirande est sur le toit du panier français en étant triple championne de France, trois années de suite. Une immense performance qui aura lieu aux portes de l’Europe à Mirande. Chaque année, c’est le top niveau européen du panier qui vient à la rencontre du Gers. Départ au fond de la Sibérie à Novossibirsk, ça fait un choc aussi. J’ai appris un mois après que j’avais mangé du ragondin là-bas ! »
En 1988, Mirande s’offre même une joueuse de prestige : la Soviétique Olga Soukarnova. Un exemple de professionnalisme, championne Olympique, qui apporte encore plus de rigueur et dont le talent est considérable. « Radkova est là l’année prochaine pour remplacer Mac Gee : à Mirande, il y avait le gratin » reconnaît Alain Jardel.

La fin d’une aventure unique

« Ajourd’hui avec l’arbitrage vidéo, on n’aurait pas perdu notre titre » déplore Valérie Garnier. Mirande rend sa couronne en 1991, en finale face à Challes-les-Eaux. Des joueuses quittent l’équipe par la suite. « Je ne connais pas les raisons de mon départ, mais je ne sais pas que je ne sais plus que jamais, c’est la même joueuse sans Alain, on s’en tient à 300% », explique Valérie Garnier, qui a quitté pour Aix en Provence en 1991.

A lire aussi :
SÉRIE D’ÉTE (3/6). Nos gloires d’antan : le rugby à Auch, un cataclysme et une renaissance express

Face à la puissance financière des concurrents résidant dans les grandes villes, Mirande commence à être à la peine. « On n’a pas réussi à prendre le virage, on a voulu aller à Auch, on n’était pas du tout concurrents. Auch et Mirande ce n’était pas le même monde, mais ils n’ont pas voulu » regrette Alain Jardel, qui partira à la tête de l’équipe de France. Le club s’est licencié en 1997, en raison de gains financiers, après avoir écrit l’une des plus belles pages du basket féminin.

Rédacteur, Auteur, Journaliste | Plus de publications

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.