Si vous marchez jusqu’au bout des parterres cultivés colorés du jardin australien des jardins botaniques royaux de Cranbourne, du côté droit au-dessus de la pièce d’eau, vous vous retrouverez face aux lits de démonstration de recherche.

C’est là que nous menons des expériences scientifiques dans l’espace public afin que vous puissiez voir ce qui se passe habituellement dans les coulisses. Au cours des dernières années, nous avons testé de nouvelles sélections de plantes pour leur tolérance à diverses conditions pédologiques et environnementales et essayé plusieurs itérations de prairies boisées pour une utilisation en bordure de route autour de Victoria.

Les collections d’un lit (celui ci-dessus) sont actuellement occupées Ajuga australis de partout à Victoria. Une clairon australien un membre de la famille de la menthe et la seule de la quarantaine d’espèces du genre Ajuga trouve naturellement en Australie. Relation étroite, Ajuga reptans, une Bugle, les mauvaises herbes parfois sur le bord de la route dans les Dandenongs et quelques autres endroits près de Melbourne.

Par rapport aux espèces européennes pesées, Austral Bugle a généralement des feuilles plus longues avec de longs poils raides. Il n’y a pas non plus de « stolons » que vous connaissez peut-être des fraises – ils permettent à la plante d’étendre sa distribution en laissant tomber une tige sur le sol et en enracinant une nouvelle rosette de feuilles.

Votre plante typique de Bugle australien a une rosette de feuilles basales, puis une tige florale feuillue qui peut être dressée ou prothétique. Je pense que certains d’entre eux ont des tiges souterraines, appelées rhizomes, qui prolongent une seule plante à la manière des stolons.

Le clairon australien est dispersé dans tout le Victoria, où il pousse dans tous les types d’habitats : sable mallee, plaines côtières, prairies alpines, forêts vallonnées et affleurements granitiques. Il s’étend largement en Australie-Méridionale, au Queensland, en Nouvelle-Galles du Sud, dans le Territoire de la capitale de l’Australie et en Tasmanie.

Si vous regardez à travers son aire de répartition, même à Victoria, vous trouverez, comme on dit à VicFlora, « une espèce très variable qui doit être revue ». Il existe une telle variabilité dans la taille de chaque partie de la plante végétative, ainsi que dans la forme, la taille et la couleur (rose à violet) des fleurs.

Et nous sommes l’un de nos deux ans Bourses Jim Willis l’été dernier, Amy Buckner a étudié la diversité de cette espèce à l’aide de 80 collections préservées à Victoria National Herb. Son projet a été supervisé par les herboristes Victoria Royal Botanic Gardens Victoria Liz et Neville Walsh, et le botaniste du jardin botanique de Sydney Trevor Wilson

Amy a confirmé que tous les aspects des plantes variaient considérablement de ces différents habitats en Australie. Bien que quelques espèces et formes aient été nommées depuis que Robert Brown a décrit l’espèce en 1810, une seule de la mallee a donné le nom d’une espèce distincte. Ajuga grandflora en 1933, il a une monnaie limitée.

Dans ses études, Amy a trouvé une forme aride unique et une forme alpine distincte, puis quelques autres populations intéressantes qui pourraient également être identifiées avec un nom en tant que variété ou même niveau d’espèce. À la fin de son étude de six semaines, les résultats ont été inclus dans un projet de recherche plus large avec Trevor Wilson sur cette espèce et d’autres membres australiens de la famille de la menthe à travers l’Australie.

Amy et ses collègues ont collecté des plantes vivantes au cours de ses études et celles-ci sont maintenant exposées dans ce lit de recherche. J’ai illustré cet article avec certaines des plantes qui y poussent. Trevor, Amy et d’autres n’ont pas encore décidé lesquels ont besoin de leurs propres noms, mais vous pouvez jeter un œil à vous-même et décider quoi faire.

Et merci à Matt Henderson et aux autres de m’avoir encouragé à regarder les ajugas…

Rédacteur, Auteur, Journaliste | Plus de publications

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.