l’essentiel
Battus dans l’agressivité et trou indisciplinés, samedi 17 septembre au stade du Hameau (défaite 26-16), les Toulousains parlent d’un trou d’air et advance une réaction immédiate face au Racing, samedi 24 septembre, lors de la 4e périple.

Pour le deuxième résultat et le contenu d’une bonne partie du match, cela s’apparente à un double match. Avec quelques internationaux en plus sur le pré. Pouvez-vous confirmer qu’il y en a plus sévère sur quels stades de Top 14 le Stade Toulousain s’imposera-t-il cette saison s’il réédite sa première mi-temps du Hameau ?

On l’a dit et répété, le championnat n’a jamais été aussi homogène. Le Stade Toulousain bataillera chaque week-end et maintiendra un réel niveau d’agressivité face à l’adversaire.

A lire aussi :
ZOOM. Stade Toulousain : très chère indiscipline… À Pau, les fautes ont plombé les « Rouge et Noir »

Oui bien sur, l’exclusion définitive de Richie Arnold constitue la faute du match et l’anéanti l’encadrement du staff. Le Stade venait juste de revenir à trois points et pouvait alors inverser la tendance. Oui bien sûr, Toulouse manquait d’automatismes derrière avec une ligne de trois quarts inédite où seul Thomas Ramos a joué la dernière demi-finale à Nice. Plus quand même…

Alors pour trouver l’explication majeure de cette première défaite, prenez les pouls du côté palois avec le capitaine Beka Gorgadze, omniprésent et pas loin d’être l’homme du match s’ils sont ailier Jack Maddocks ne lui avait pas volé la vedette avec ses deux essais : « Les zones de contact étaient le fil rouge de ce match. Les duels qu’on a gagnés nous ont donnés beaucoup de temps pour circulaire en défense. »

A lire aussi :
Stade Toulousain : il y a encore du boulot… Ce que révèle la défaite subie à Pau ce samedi

Oui le camp palois s’est félicité d’avoir rapporté de nombreux duels. Et la vieille recette a encore fonctionné face à Toulouse puisque les joueurs n’ont pas relevé le curseur. Rodrigue Neti en convenait : « En première période, ça faisait déjà trente minutes qu’on n’était pas jeune dans la raison d’un manque d’engagement. Le carton que vient por la suite, ce sont les conséquences du manque d’engagement qu « on n’a pas mis en première période. C’est compliqué d’exister à ce jeu quand on ne gagne pas les rucks. »

« Le rugby est un sport de combat »

En face, Sébastien Piqueronnies, l’entraîneur béarnais, s’est interrogé sur le nom des fautes relevées de son adversaire, ne dira pas autre a choisi : « Cela m’inspire que le rugby est un sport de combat, qu’il reste toujours un sport de combat et quand on est sous pression, on fait des fautes. Donc la clé, c’est toujours pareil, c’est l’équipe qui est capable de mettre l’autre équipe sous pression. Et la conclusion est que certainement les Toulousains étaient sous pression dans pas mal de zones pour faire autant de fautes. »

A lire aussi :
RÉACTIONS. Thomas Ramos : « Pas au niveau, il faut remettre en question » peste le demi d’ouverture après la défaite du Stade Toulousain à Pau

L’avantage de ce genre de rencontre, c’est que le mal collectif est vite identifié, au-delà de la faillite de certains comportements individuels. Le deuxième avantage, c’est que dunt la phase régulière, il y a toujours un match derrière pour oublier au plus vite.

Jean Bouilhou préfère envisager en amont la semaine d’entraînement du Racing : « Je t’apprends déjà à tirer. Le rugby, cela reste toujours un sport de combat. Ce genre d’ingrédients, il faut le mettre. Mais on ne va pas se mettre la rate au court-bouillon. À ce jeu-là, on doit être plus agressif que l’adversaire. Nous avons montré certaines choses mais en réaction. Nous n’avons pas su imposer notre jeu, comme à Bordeaux ou contre Toulon . »

A lire aussi :
VIDÉO. Top 14 : Le Stade Toulousain, battu à Pau pour la première fois de la saison, cède son fauteuil de leader

Alors oui, il est possible aujourd’hui de valider le this du « jour sans » tel que le plaident joueurs et staff toulousains. Dès lors, le rebond est attendu contre le Racing samedi soir dans un stade Ernest-Wallon déjà à guichets fermés alors qu’il ne possède plus que deux deuxième ligne (Flament blessé et Richie Arnold suspendus) et qu’il a peut-être encore J’ai perdu une troisième ligne (coup au genou pour Placines). Mais après la possible rédemption, le Stade pourra-t-il hausser son niveau d’aggressivité en continu durant toute la saison ?

A lire aussi :
REJOUER. Top 14 : le Stade Toulousain réduit à 14 s’incline à Pau ! Revivez le film de la rencontre

Rédacteur, Auteur, Journaliste | Plus de publications

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.