l’essentiel
mai, les précipitations sont en berne dans le département. Le mois de juillet caniculaire confirme cette courbe. Et c’est mal parti pour le début août.

« Pour vous donner une idée de la situation que l’on naît actuellement, les mois de mai et juillet ont été les plus secs depuis 1960. ‘on vit une situation vraiment exceptionnelle qu’abroche de 2003. »

Mai et juillet catastrophiques

Le prévisionniste de météo France révèle des chiffres du mois de juillet alarmants. « Dans la plaine, il est tombé entre 0 et 5 mm de pluie. Dans le Sud, 5 à 10 mm. C’est très bas. On connaît aujourd’hui, une véritable sécheresse agricole. Et maintenant nous commençons ce mois d’août Entre septembre 2021 et juillet 2022, le déficit pluviométrique est de 13 %. »

Il rajoute : « C’est déjà beaucoup, mais il risque de se creuser encore plus dans les jours qui arrivent. On a eu une fin de printemps et des premiers mois de l’été extrêmement secs. Un résumé chiffré tout. Entre mai et juillet, le déficit est de 49 %. C’est exceptionnel. »

À météo France, on n’est peut-être pas optimiste pour la suite. « Les prochains jours d’août ne vont pas vers de fortes précipitations. » Le point positif, c’est que le Tarn possède de nombreux barrages qui peuvent lâcher de l’eau pour alimenter les grandes rivières. Pour les autres cours d’eau, c’est beaucoup plus compliqué. « Heureusement, l’hiver a été pluvieux et a permis d’alimenter les nappes. »

C’est très sec dans la Montagne noire et les Monts de Lacaune

Des territoires tarnais qu’ont longtemps été protégés de la sécheresse particulièrement cet été. Il s’agit des Monts de Lacaune et de la Montagne noire. « C’est vrai que d’habitude, ces zones sont relativement protégées du manque d’eau, notamment dans les Monts de Lacaune.

Cette année, ce n’est pas le cas. Pour résumer la situation, en juillet, les sols des plaines tarnaises sont moderément secs. Au Nord et de l’ouest du département, ils sont très secs. Dans la Montagne noire et le Lacaunais, ils sont extrêmement secs. C’est dire », a commenté le pronostic. Pour compléter ce tableau préoccupant, il est tombé sur Albi en ce mois de juillet 0.4 mm eau. Le plus faible relevé depuis 1978.

Quoi qu’il se passe maintenant, la fin du printemps et l’été tarnais 2022 restent dans les annales de la météorologie. Cette année, le territoire subit deux phénomènes cumulés. Un ensolillement et une chaleur jamais vu et un manque de pluies criantes. J’espère que c’est soit plus humide.

Particulièrement pour l’aide au monde agricole. Malheureusement, on sait pertinemment que ces phénomènes pourraient se propager et s’intensifier. À cette allure, les champs de lavande vont remplacer les plantations de maïs dans le Tarn.


Des restrictions sur tout le territoire

Après le 28 juillet, le préfet du Tarn a décidé d’imposer des restrictions pour limiter cette sécheresse grandissante.

Commençons ces restrictions par les prélèvements agricoles que concernant le cours du Tarn et ses affluents en aval de Millau et jusqu’à la confluence avec la Garonne (non compris le Tescou et la Rance que sont déjà en restriction totale) L’Agout et ses affluents (n’achetez pas Bagas, le Sor, l’En Guibaud et le Bernazobre qui sont laissés en totale restriction) et le Dadou et ses affluents (n’achetez pas l’Agros, l’Assou qui sont laissés en totale restriction) Ici , tous les prélèvements d’eau en rivière et en nappe, sauf pour l’alimentation en eau potable, sont interdits un jour par semaine prélèvements interdits en rive droite des cours d’eau du samedi 8 heures au dimanche 8 heures ; prélèvements interdits en rive gauche des cours d’eau du dimanche 8 heures au lundi 8 heures.

Pour les particuliers, les usages de l’eau sont interdits provisoirement, pour le lavage des véhicules hors des stations professionnelles équipés d’économiseurs d’eau est interdit, sauf pour les véhicules ayant une obligation réglementaire (véhicules sanitaires – alimentarires) ou technique ( bétonnière…) et pour les organismes liés à la sécurité. Le remplissage des piscines privées.

Ombrage, goutte à goutte font partie des méthodes pour économiser l’eau.
DDM

L’arrosage des pelouses, espaces verts et privés, jardins d’agrément, espaces sportifs de toute nature est interdit de 8 h à 20 h, (les jardins potagers ne sont pas concernés).

Veuillez noter que les droits privés sont également concernés par l’arrestation. On ne peut puiser l’eau qu’après 20 heures.

L’arrosage des terrains de golf est interdit de 8h à 20h et la consommation hebdomadaire d’eau doit être réduite de 15% à 30%.

la surveillance

« Preuve que l’office national de l’eau peut mener des vérifications. Mais pour la très grande majorité des agriculteurs, c’est la confiance qui prédomine. On sait qu’ils appliquent les restrictions avec rigueur » confirment les services de la préfecture

Rédacteur, Auteur, Journaliste | Plus de publications

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.