l’essentiel
La médiathèque albigeoise constitue une trésorerie. Entre ses murs, un objet datant du VIIIe siècle vient d’être exposé au public : la Mappa Mundi ou l’une des plus anciennes représentations connues du monde qu’il était perçu à l’époque.

Ils étaient quelques curieux, amoureux d’histoire, à s’être rassemblés à la médiathèque Pierre-Amalric cette semaine. Pour cause, la mappemonde est fin de sortie. Ce latinisme ne vous dit rien ? Et pourtant, c’est au coeur de la cité épiscopale que repose l’une des plus anciennes cartes du monde conservées à ce jour.

Quatorze heures sonnent et le petit groupe va vers le fond de la médiathèque où la directrice du réseau des bibliothèques de l’agglomération, Jocelyne Deschaux, les attend de pied ferme. Au centre de la table : le manuscrit tant espéré. Tout en enfilant ses gants blancs, la consigne présente l’objet : « Le manuscrit date du VIIIe siècle, explique-t-elle. Il s’agit d’un recueil de 22 pièces de textes différents, fabriqué pour l’enseignement. reviens aussi bien de la grammaire que de l’histoire ». Plus s’il a manuscrit ce répertoire dans le registre Mémoire du monde de l’UNESCO, c’est pour ces deux pages : la mappa mundi.

Dans le livre exposé à la vue de tous, les passionnés d’histoire découvrent une carte du monde, mais aussi une liste des mers et des vents. « Oui, aujourd’hui, je pensais que la lettre a plus de valeurs que la lista, les historiens ont tendance à croire, qu’au VIIIe siècle, c’est le contraire, détaille la directive. La géographie s’apprenait à travers donne des listes ». Pendant près d’une heure, l’ancienne diplômée de l’école des Chartes explicites de l’Histoire, mais également celle du manuscrit et ce qu’elle contribue à la connaissance du monde.

Voir le monde autrement

Le premier contact avec la carte frappe les esprits. « Cette carte est orientée, au sens littéral du terme : elle est dirigée vers l’Orient, décrit Jocelyne Deschaux. Cela signifie qu’en haut de la page, vous avez l’Est ». Cette vision du monde, assez singulière, explique pourquoi le visiteur est confronté à une carte de la Terre sous forme de fer à cheval.

La carte du monde d’Albi
DDM – DDM-MARIE-PIERRE VOLLE

Mais pourquoi donc cette forme inhabituelle ? « L’Antiquité a développé une connaissance géographique du monde gigantesque, ainsi que la ligne directrice. La majorité de ces connaissances ont été regroupées dans la bibliothèque d’Alexandrie ; bibliothèque qui a brûlé. Cette carte est donc le reflet d’une époque – le haut Moyen-Age qui tentait de retrouver ce savoir perdu ».

Pour revoir ce trésor, rendez-vous les mardis 16 et 30 août, à 14h, à l’accueil de la médiathèque Pierre-Amalric. Sur inscription obligatoire au 05 63 76 06 10.

Rédacteur, Auteur, Journaliste | Plus de publications

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.