l’essentiel
Virginie avait été « revoyée » des urgences d’Albi le 2 juillet dernier malgré de multiples fractures aux vertèbres, aux côtes et à l’omoplate gauche. Elle vient de porter plainte contre le médecin urgentiste en poste ce jour-là et contre l’hôpital d’Albi.

Elle a décidé de porter uni. Virginie, la jeune femme qui avait été amenée aux urgences d’Albi le 2 juillet dernier suite à une grave chute de cheval, et qui avait été renvoyée chez elle malgré de multiples fractures, veut que les responsabilités de chacun soient définies.

Elle devrait être auditionnée en début de semaine prochaine. C’est sa mère, Monique, que s’est occupée des démarches auprès du commissariat d’Albi. la plainte, que La Dépêche du Midi A pu consultant, see the urgent care in post le 2 juillet dernier et l’hôpital d’Albi, pour mise en danger d’autrui par personne morale et non-assistance à personne en danger. Elle a pris attache avec un avocat, Me Jean-Baptiste Alary.

A lire aussi :
Tarn : « Renvoyée » des urgences d’Albi après une chute de cheval, elle finit en soins intensifs au CHU de Toulouse-Purpan

Monique, qui continue de travailler pour sa fille, à quelques ailleurs j’ai trouvé l’adresse de l’hôpital d’Albi et mercredi pour expliquer qui passe et change les suites à donner. j’ai contacté la paire La Dépêche du Midile directeur de l’établissement n’a pas souhaité faire de commentaires à ce stade.

De retour à l’Hôpital d’Albi

Au lendemain de son accident, après un retour aux urgences d’Albi pour passer un scanner, Virginie avait été évacuée au service de neurochirurgie du CHU de Purpan pour être pratiquée : les fractures des vertèbres menaçaient sa moelle épinière.

La jeune femme est restée hospitalisée plusieurs jours à Toulouse, avant de revenir à l’hôpital d’Albi, un service de neurologie. « La douleur est bien prise en charge et le suivi médical aussi. » Le moral est bon, elle recommence petit à petit à marcher, « en faisant très attention ». « J’écoute mon corps et je fais ce que je sens possible avec l’accord des médecins », explique-t-elle.

Après les noms de commentaires négatifs sur l’hôpital d’Albi, qui sont histoire suscités sur les contacts sociaux, Virginie, qui travaillait avec moi au sein du secrétariat médical, a tendance à dire que ce sont des seconds passages pour les urgences, 3 juillet, c’était bien passé. Une fois, elle s’est simplement rendue à l’équipe médicale le jour de l’accident : le médicament urgent que j’ai rendu chez malgré l’insistance de sa mère et les deux infirmières que l’ont, selon elle, j’ai manipulé sans ménagement.

Ce jour-là, elle avait passé de simples radios des cotes et du bras gauche, qui n’avaient rien donné. De retour chez elle, les douleurs de plus en plus vives pendant la nuit avaient poussé sa mère à appeler le Samu, qui n’a pas donné suite vu que les urgences d’Albi l’avaient déjà prise en charge dans l’après- midi et n’avaient rien relevé de grave.

Virginie devait attendre le lendemain matin pour qu’un médecin de garde se déplace, vérifier qu’ils sont en état et la renvoyer aux urgences. Le scanner passé à un moment donné a révélé un hémopneumothorax, qui a nécessité la mise en place d’un drain, ainsi que de multiples fractures des vertèbres, des côtes et de l’omoplate gauche.

Rédacteur, Auteur, Journaliste | Plus de publications

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.