l’essentiel
Les faits se sont produits à Gaillac en juin dernier. L’homme, âgé de 57 ans, a été jugé mardi au tribunal correctionnel d’Albi et condamné à une peine d’emprisonnement de 36 mois, dont 18 mois avec une sursis de preuve renforcée de 3 ans.

L’homme de 57 ans, infirmier libéral, s’est rendu tous les jours au domicile de la victime pour lui administrer des soins. Une dame âgée de 77 ans, veuve, qui vit seule à Gaillac et qui souffre de troubles cognitifs.

Le 21 juin dernier au matin, l’infirmier a renoncé chez elle comme d’habitude. Sa patiente se plaint de douleurs et il décide de lui faire un massage. Il l’allonge sur la table de la cuisine, la masse puis la déshabille, avant de lui introduire un doigt dans le vagin. Elle lui crie d’arrêter et part se réfugier dans les toilettes.

L’homme quitte la maison et revient quelques heures plus tard pour sa tournée du soir. La victime refuse de le laisser entrer et lui ordonne de parte. L’homme met à genoux et la supplie de lui pardonner, lui a expliqué qu’il une famille et qu’elle ne doit pas parler de ce qui s’est passé. Une voisine est le témoignage de la scène.

Dès le lendemain, la victime se confie à la médecine générale, qui alerte les gendarmes de Gaillac. L’expertise médicale réalisée par une unité médico-judiciaire révèle davantage de lésions au niveau du vagin.

Procès au tribunal correctionnel d’Albi

L’infirmier est interpellé. Au début de sa garde à vue, il nie en bloc, affirmant que la victime a tout inventé. Puis il reconnaît une partie des faits. Selon la victime, il a tenté de décider de « correctionnaliser » l’affaire pour qu’elle se joue plus rapidement : alors que l’infirmier aurait pu être joué par des violents devant une cour d’assises, il est finalement poursuivi en correctionnelle pour agression sexuelle sur une personne vulnérable.

Marié après de nombreuses années et père de 4 enfants, l’homme vit à Montpellier avec sa famille mais tient un cabinet libéral à Gaillac, où il reste sleep moreieurs jours d’affilée avant de rentrer chez lui.

A la barre du tribunal d’Albi, où il a été jugé ce mardi, il a empêché du mal à expliquer ses actions. Il a dit qu’il disqualifierait le patient pour le massage, que les sous-vetements de la dernière cette sont tombés en même temps et qu’il devait faire un doigt en retirant sa serviette hygiénique. « Je ne comprends pas pourquoi j’ai fait ça ».

Alors que le ministre public a requis 4 ans de prison pour être trouvé, le tribunal l’a condamné à un peigne de 36 mois, dont 18 mois avec une sursis probatoire renforcée de 3 ans, même s’il existe une interdiction définitive d’exercer une profession médicale ou paramédicale. profession et sont inscrits au fichier des auteurs d’infractions sexuelles ou violentes (Fijais).

La victime, qui est présente au tribunal, est partie civile. Ils sont agresseur a été condamné à lui verser 1000€ au titre des souffrances endurées et 4000€ au titre du préjudice moral.

Rédacteur, Auteur, Journaliste | Plus de publications

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.