l’essentiel
En 2019, Olivia découvre les caméras cachées dans sa chambre, dirigées vers son allumé. Derrière cela ? Ils sont beau-père. Jugé pour atteinte à la vie privée d’une mineure avec connotation sexuelle en 2021, l’homme est placé en domicile sous surveillance électronique. Malgré l’interdiction d’entrer en contact avec sont ex-belle-fille, il persiste. Olivia Temoigne.

« La justice l’a condamnée, mais c’est comme si elle n’avait rien fait. Il a pourri toute ma vie, et aujourd’hui, il agit comme si de rien n’était. Je ne peux pas en rester là « , affirme Olivia*. Aujourd’hui âgée de 19 ans, elle a été victime de pédopornographie de la part de son ex-beau-père. Malgré deux jugements le déclarant coupable et lui interdisant de s’approcher de la jeune femme, elle continue de se sentir harcelée. Olivia est traumatisée, et je ne vois pas ce qu’elles sont histoire tombe dans l’oubli.

« Il m’a dit que j’étais une erreur »

Tout a commencé en 2019. Olivia, 15 ans, danse dans sa chambre. « J’entends quelque chose tomber derrière mon bureau. Je le ramasse, c’est une sorte de gros boîtier noir avec un objectif », raconte la jeune femme. Elle se rend aussitôt chez le montrer à sa mère et son beau-père, Jean*. Ce dernier s’énerve et lui arrache l’objet des mains. Quelques semaines plus tard, la Lotoise renvoie le même objectif dans la salle de bain. Ce sont des malaises intérieurs grandioses. Un jour, devant aller au lycée où elle était en internat, elle entend quelque chose vibrer. Avec l’aide de l’une de ses petites sœurs, elle cherche d’où provient le bruit. Elle tombe sur une caméra au-dessus de son armoire, dirigée vers son lit. Confronté à la mère d’Olivia, Jean explique qu’il s’agit simplement pour elle de la protéger et d’écouter leurs conversations.

L’été arrive, Olivia le passe chez son père. « Je n’avais pas le droit de partir en vacances avec eux. Depuis qu’il avait eu ses deux filles, Jean mettait moi de côté. Il rabaissait constamamente, me disait que j’étais une erreur et que je n’aurai jamais dû exister », a souligné Olivia. Lorsqu’elle éclate dans son petit village Lotois, elle a choisi de vivre dans le caoutchouc. Elle comprend à nouveau les vibrations. C’est sa petite sœur qui découvre une autre caméra. Same mere se sépare de Jean, et dépose plainte.

La plupart des demandeurs sont déposés

La Lotoise déménage avec sa mère et ses deux petites sœurs dans un HLM, toujours dans le même village pour ne pas trop déranger les deux plus jeunes filles. « Sur un essai pour les protéger de toutes choses », dit Olivia. Mais Jean continue de rôder autour de chez elle. « Il nous suivait en voiture, klaxonnait, faisait des tours de quad, il nous insultait », se souvient la jeune femme. Plusieurs plaintes sont déposées auprès de la gendarmerie.

En 2021, la procédure est portée devant le tribunal de Cahors. « Je n’ai jamais vraiment reconnu ou dit pourquoi il avait fait ça. Des aveux, ça m’aurait peut-être aidé. Avec le procès, je dis moi que j’allais pouvoir réussir à me reconstruire », souffle Olivia. Son ex-beau-père est condamné à trois ans de prison ferme, mais il fait appel. La Cour d’Agen le condamne à nouveau, mais il écope de deux ans de détention à domicile avec bracelet électronique ainsi que l’interdiction de s’approcher d’Olivia ou des lieux qu’elle fréquente. Mais Jean a continué. « Il est venu sur mon lieu de travail. Il me regardait de la tête aux pieds, souriait. Alors qu’il n’avait rien à faire là ! », s’émeut Olivia. Ses collègues ainsi que des voisins font des attestations auprès de la gendarmerie. Olivia dépose deux nouvelles plaintes. Le cureur de la République, Alexandre Rossi, veuillez confirmer que vous êtes classé sans suite. « Toutefois, une troisième plainte faisant état de contacts répétés a nécessité une enquête. Elle vient d’être donnée au parquet en décembre. Nous la traitons », affirme-t-il.

« S’il arrive un autre a choisi à un enfant, je vais m’en vouloir »

Ensuite, Olivia, 19 ans maintenant âgée, déménagée pour ses études. « Le mal a été fait pour moi. Il ne peut plus nous atteindre car il ne sait pas où on est. Ce qui me fait le plus mal, c’est qu’il a été condamné et qu’il continue à faire ce qu « Il veut. Pour lui, il a gagné. Il va recommencer, c’est sûr. S’il arrive autre chose à un enfant, je vais m’en vouloir », Olivia desoles.

Elle a gardé de nombreux traumatismes : « je ne peux pas me changer s’il ya une fenêtre, ou alors je ferme les volets. Je refuse d’avoir un objectif pointé sur moi. Je ne suis pas bien dans ma tête. Est lui qui m’a fait du mal, et c’est moi qui dois tout faire pour m’en sortir », confie Olivia. Cette dernière a la sensation que la justice n’a pas été réduite. « Je veux que mon histoire plus remonte haut, je ne veux pas en rester là. Je pensais qu’on va faire un courrier au ministre de la justice. J’aimerais que quelqu’un me dise qu’il va faire ce qu’ il faut et que tout ça va être terminé ».

« Il déjà deux difficultés dans ce dossier » estime le procureur de la République

« Tout d’abord, il y a un conflit entre la mère et le monsieur. Lui aussi a porté plainte pour des faits de harcèlement ou de diffamation. Autre élément : judiciairement, il n’a pas été condamné à vivre ailleurs. Or, c « Est un tout petit village. Il faut que le parquet puisse prouver que les allégations d’irrespect de la mesure d’éloignement ont été faites sciemment », explique Alexandre Rossi. Après décembre, c’est ce que le parquet s’attache à faire. « Je peux comprendre cette jeune fille, il ne faut pas qu’elle ressente qu’on la délaisse. Si elle est encore amenée à le voir, qu’elle n’hésite pas à faire le 17 ou à porter plainte », a affirmé l’avocat de la République.

*Les prénoms ont été modifiés pour garantir l’anonymat. Sollicitée par la rédaction du Lot, l’avocate du mis en cause n’était pas en mesure de répondre à nos questions.

Rédacteur, Auteur, Journaliste | Plus de publications

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *