l’essentiel
Privés des chaînes du groupe TF1 sur Canalsat, beaucoup de téléspectateurs râlent ou demandent à être remboursés. Mais souvent, c’est la frustration de ne plus avoir accès à leurs émissions favorites que domina.

Hier, 11 h 59, Manon capte la télécommande et appuie machinalement sur la 1. Sur l’écran noir de sa télévision, un message du groupe Canal + « contrainte de renoncement au terme de son contrat à la diffusion de TF1, TMC , TFX , films de séries TF1 et LCI ».

A lire aussi :
Bras de fer Canal + TF1 : un problème de droits qui laisse les téléspectateurs sur le carreau

« Mince, c’est vrai. Je n’arrive pas à m’y faire », soupire cette jeune maman de deux enfants, accro aux « 12 coups de midi » depuis des années. « C’était ma routine. Mais le pire, c’est de ne plus avoir le journal. Le 13 heures de TF1 pour moi, c’est sacré. C’est plus gai, plus dynamique que les infos sur les autres chaînes. » Et impossible de se rabattre sur un autre mode d’accès à la télé que Canalsat ; elle a vu en caravane. « J’ai lu tous les articles sur comment recevoir TF1. Mais pour les itinérants comme nous, il n’y a pas de solution. Et je n’ai pas envie de payer un décodeur TNT. » Soupir.

Manon vit en caravane et n’a pas envie d’investir dans un décodeur TNT.

Tout au sud de la région Occitanie, Blanche sillonne rarement les routes des Hautes-Pyrénées. Son mari et elle vivent à Mauléon-Barousse. Et pour eux, le manque atteint des sommets. « Les 12 coups de Midi, Ici tout commence, Demain nous appartient, Danse avec les stars que j’adorais… C’est frustrant, vraiment, de ne plus avoir accès à nos émissions favorites ! Vous savez, sur un plus de 80 ans. Nous sommes isolés, à la montagne. Il faut bien qu’on s’occupe. »

Blanche d’abord crue que sa télé était en panne. De plus lorsqu’elle a acheté qu’elle a été victime d’un différend entre TF1 et Canal +, elle a été zappée. « Eh bé, ça va leur faire mal à TF1. On aime beaucoup Jean-Luc Reichmann car il était de Toulouse. Maintenant, à propos Tout le monde veut prendre sa place avec Laurence Boccolini. C’est le plus intéressant finalement. C’est plus culturel que Jean-Luc Reichmann. »

A lire aussi :
« Les gens m’appellent pour me demander comment faire » : les antennistes embarqués dans le bras de fer TF1-Canal+

Jean-Luc est toujours Toulousain, laissez Blanche se raser. More cet imparfait de l’indicatif pourrait se conjuguer chez de nombreux téléspectateurs mécontents, selon Joachim, un jeune père de famille domicilié à Portet-sur-Garonne, près de Toulouse. « Je suis panéliste pour Médiamétrie. Tous les jours, du lundi au vendredi, on avait l’habitude de regarder Quotidien, TMC Sud de 19h30 à 21h On voulait regarder la sériecopains aussi. On ne peut pas non plus. Et on ne va pas mettre d’antenne sur le toit; on est locataires. Difficile de comprendre que TF1 demande autant d’argent à Canalsat pour des chaînes gratuites. Dans tous les cas, je pensais que ça allait impacter le public. » Directeur commercial dans l’hôtellerie, il espère que ce manque à gagner permettra de ramener les deux groupes à la raison.

Idem pour Julie et Jérôme qui habitent Gourdon, dans le Lot. « Les gens qui ont une antenne regardent TF1 gratuitement. Il est hors de question qu’on paie un euro supplémentaire ; 45€ par mois pour Canalsat, c’est bien assez. » Et tant pis si Jérôme doit faire l’impasse sur le match des Bleus dimanche soir, face au Danemark. « Je regarderai le résumé sur l’Equipe 21 », soupire le jeune père de famille.

A Gourdon, Julie n'entend pas payer un euro plus pour avoir ses émissions préférées.

A Gourdon, Julie n’entend pas payer un euro plus pour avoir ses émissions préférées.

Michel, lui, passait ses week-ends à Pouy-Roquelaure, dans le Gers, une zone grise si ce n’est blanche, où la 3G très mal. « Je me moque de TF1, mais pas de LCI. A qui envoyer la facture de pose d’une antenne ? », raille je l’ai repris. C’est aussi le problème de Jacques, à Toulouse, et de bien d’autres qui ont appelé leurs déboires à La Dépêche du Midi. Ne reste plus à espérer que TF1 et Canal soient de nouveau très vite sur la même longueur d’onde…

Rédacteur, Auteur, Journaliste | Plus de publications

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.