l’essentiel
Le « Diaki’Day », un événement organisé par le Toulousain Bafodé Diakité, un rassemblement de plusieurs centaines d’enfants et de parents, le dimanche du club du TAC (Toulouse Athletic Club). Sourires, joie et partage étaient les maîtres-mots pour l’ancien joueur du TFC.

Bafodé Diakité sait d’où il vient et le rend bien. Ce dimanche, le Toulousain, désormais défenseur de Lille, a organisé le « Diaki’Day », un événement au même endroit que le premier club de football de son fils, le TAC, et dont l’objectif était de faire vivre aux enfants une journée spéciale . « Ça faisait un moment que j’en parlais. Je voulais faire quelque chose et, cette année, on s’est dit qu’il fallait se lancer », detaille le jeune homme de 22 ans, accueilli en héros lors de son arrivée, véritable fièvre des siens.

A lire aussi :
DIVERTIR. TFC : « Je m’en rappelle encore, j’ai crié chez moi » Bafodé Diakité évoque la finale toulousaine en Coupe de France

Au programme : structures gonflables, jeux de football, tombola free, barbecue, magicien, atelier maquillage et coiffure… « Je ne voulais pas me mettre en avant. En gros, je ne voulais pas appeler ça « Diaki’Day » semble être n’ Est pas mon jour, je voulais appeler ça la journée des enfants… » confiait l’ancien pensionnaire de la Cité du Parc, dans le sud de Toulouse.

Le petit « Bafo » un bien grandiose

« Ça fait plaisir qu’il revienne voir les jeunes, ça se voit qu’il a un grand cœur et de belles valeurs » salue Yannis, habitant du quartier de la Reynerie, qui a rapporté un maillot du Lillois Tiago Djaló, l’un des nombreux lots mis en place. « J’ai répondu à une question sur la date de création du TFC. 1935. Je suis supporter du TFC depuis toujours » poursuit l’adolescent.

A lire aussi :
ENTRETIEN. Bafodé Diakité : « A Toulouse, j’ai vécu des moments exceptionnels ! » Avant Lille – TFC samedi, l’ancien Pitchoun aujourd’hui au Losc se confie

« Les enfants sont contents, les parents également. Ils ne sont pas d’accord avec moi que c’est une belle initiative. Je retrouve une cellule normale et c’est aussi une manière de faire plaisir à ceux qui ne peuvent pas partir en vacances », a déclaré Diakité. « When on wind d’une ville, on veut la representer. Je suis un joueur du LOSC, mais je suis un mec de Toulouse. Je veux juste montrer aux enfants que j’étais comme eux, et qu’ils peuvent le faire aussi « J’estime que je réintégrerai le TFC à l’âge de 12 ans.

A lire aussi :
VIDÉO. Market TFC : l’enfant du club Bafodé Diakité officiellement à Lille

Si le footballeur ravit les enfants, il fait aussi le bonheur de ses proches. « On l’a connu à ses débuts, quand il était U8, Fayçal Gacem, responsable de l’école de foot du TAC, a rappelé. Il est un exemple pour tous, l’exemple à suivre. C’est un enfant de chez nous , du club, du quartier. » Un joueur qui, depuis son plus jeune âge, était le « meilleur de la région à son poste », dévalant les kilomètres sous les couleurs du TAC.

A lire aussi :
Anciens du TFC : Bafodé Diakité à Lille, la belle réussite ! Cette statistique qui le prouve

« Je faisais n’importe quoi (rire). Je jouais devant, derrière, numéro 6… J’essayais juste de prendre du plaisir. Quand on est petit, le poste, on ne le respecte pas. Heureusement, il y a des coachs », s’amuse l’intéressé, qui avait déjà pour habitude lors de ses années au TFC (2013-2022) de revenir souvent dans son ancien club.

« Il sait la où il va et il sait d’où il vient »

Défenseur le plus utilisé de l’effectif lillois la saison passée, le Toulousain, fraîchement rentré de l’Euro Espoirs contesté avec l’équipe de France, semble avoir trouvé son harmonie loin de la Ville rose, qu’il a quittée l’été dernier pour rejoindre le Nord.

A lire aussi :
TFC : Toulouse s’écroule en deuxième période et s’incline face à Montpellier pour son premier match amical

« Je m’étais préparé. Je sais que mon heure allait arriver et que j’allais devoir prendra ma cape. C’est toujours bizarre de quitter la famille mais je savais que c’était pour mon bien » détaille le défenseur droit, qui s’est rapidement acclimaté au nouveau club. « J’ai changé beaucoup de choses. Avant, ma mère était avec moi, donc niveau de nourriture, je n’avais pas de problèmes (rire). »

A lire aussi :
TFC : « Les connexions, ça peut prendre du temps » explique le nouvel entraîneur toulousain Carles Martinez Novell

Mais Bafodé Diakité sait depuis longtemps ce qu’il veut. « Il a un état d’esprit que peu d’enfants ont. Depuis petit, dans sa tête, il voulait devenir pro. Il franchit maintenant les étapes. Pour moi, dans 2 ans, il ne sera pas loin de l’équipe de France A » est projeté Fayçal. « Bafodé est très challenger dans ce qu’il accomplit.

A lire aussi :
TFC : première défaite, premiers enseignements

« Outre le footballeur, il y a l’homme. Et je ne dis pas ça parce que c’est mon frère (rire). Tu ne peux pas savoir qu’il est footballeur, il est très humble. Je n’ai jamais vu plus simple que lui » rigole celle qui est abonnée au Stadium, où elle espère voir son frère jouer le 25 février prochain.

A lire aussi :
TFC : la première campagne européenne à Toulouse lift pour…

« Je vais cocher cette date à chaque fois. C’est un match que je veux jouer. L’année dernière, je n’ai pas pu. Cette année, j’espère être présent » sourit Bafodé Diakité. L’occasion pour lui de revenir enfin au Stadium, 18 mois après son départ, et d’affronter ses amis et anciens coéquipiers, dont plusieurs étaient présents ce dimanche (Bangré, Diarra, Chaïbi, Costa, Serber…).

A lire aussi :
TFC : « Président, faut qu’on parle », pourquoi les joueurs ont-ils décidé de tous les changeurs lors de la préparation estivale ?

« C’est un homme avec la tête sur les épaules, mais surtout avec un très grand coeur. C’est ce qui fait sa force aujourd’hui » résume Logan Costa, ils sont ami de longue date. « J’ai envie qu’à la fin de la journée, les gens se répartissent avec quelque chose », espérait Bafodé Diakité. Ce sera le cas, meme pour ceux qui n’auront pas été tirés au sort à la tombola.

Rédacteur, Auteur, Journaliste

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *