l’essentiel
Troisième rencontre sans succès après une défaite contre Montpellier (3-1) et un nul face au FC Andorre (0-0). Auteurs de 30 minutes initiales plus qu’intéressantes, samedi 23 juillet en Autriche contre le Werder Brême, les Toulousains ont été rejoints au repos avant, « rajeunis », de s’écrouler à partir de la soixanteième minute. Bilan final : 5-2. Test Prochain, à partir de mardi (19h), face aux Anglais de Norwich City (D2).

« On a pris l’eau sur la fin, c’est dommage car on avait de très bonnes sensations la première demi-heure. » L’analyse est signée par le capitaine Vincent Sierro, qui parle de deux temps aussi distincts. Et « d’une différence d’expérience. Apprenons à défendre lorsqu’on souffre. Bref, continuons de travailler ; l’intersaison sert à ça. » Retour, en thèmes, sur le deuxième revers des protégés de Carles Martinez Novell – sur scène jusqu’à mercredi 20.

A lire aussi :
TFC : avec les internationaux, ça va mieux

PRESSAGE ET TRIANGLES, le patron Novell

Visible et efficace dès l’entame de la fête. L’on se suvient de la 5et minute et des difficultés pour la défense germanique à relancer de sa propre surface, sur un « 6m », se heurtant à la montée en nombre des Téfécistes quadrillant les 16m50. Nous avions déjà eu un aperçu vs Montpellier de ce harcèlement tout-terrain visant à récupérer la balle le plus tot possible. Ce samedi sous la fine pluie outre-Rhin, ça a plutôt bien marché. Une bonne période, dirons-nous.

A lire aussi :
TFC : l’attaquant brésilien, Rafael Ratao, devrait quitter Toulouse et retourner au pays

Autres caractéristiques qui se dégagent après trois matches de prépa : le jeu petit-périmètre, cher à l’Espagne. Devant Brême, qui est dans une phase défensive (pour une sorte de pression adverse) ou offensive (dans le but de désorganiser le bloc en face), réunit lui-trois à parfois été utilisés. Soit une passe qui casse une première ligne, un appui en retrait puis une ouverture en profondeur. Reculer pour mieux sauter, en somme.

POINTE inversée au milieu

Alors que les deux premiers amis avaient vu le tacticien ibérique de Toulouse va enfin redécouvrir le 4-3-3 de leur prédécesseur Philippe Montanier avec une sentinelle devant la charnière centrale et deux relayeurs, le Tyrol aura été le théâtre du changement de trident : deux numéros 6 et un 10. Avant la pause, Casseres qui a commencé son illustre ainsi gratté les munitions à droite de Sierro, nommé Genreau navigateur à sa guise parmi les lignes, dans une sorte d’électron libre.

A lire aussi :
PORTRAIT. TFC : « Le genre de joueur qu’on aime bien avoir dans son équipe » Frank Magri, le nouvel attaquant toulousain, vu par ses anciens coéquipiers

Une position presqu’en soutien de l’attaquant axial qu’a occupé en seconde Farès Chaïbi, de suite à l’aise (une caresse de passe « dé »), assuré par le duo de récupérateurs Lahmadi/Diarra.

LES AILES du désir

Comme « 9 pur », Frank Magri, le dernier renfort téféciste, une appétence naturelle pour les excentrés. Il ne devrait pas être déçu de son voyage depuis la Corse et le Sporting ! À preuve : les couloirs du TFC ont montré de belles prédispositions, encore une fois lors des 45 minutes inicials. à droite, le binôme Desler-Bangré a déjà affiché une belle entente (et un but, au demeurant) tandis qu’à l’opposé le duo Suazo/Cissoko promet quelques tours de rein aux arrières du championnat de France (20età titre d’exemple).

A lire aussi :
TFC : Toulouse s’offre une leçon de réalisme face au Werder Brême pour son match de préparation à trois niveaux

De vivacité à droite, de percussion à gauche. De la « repique » intérieure à droite, du « mangé » de ligne à gauche. Deux styles différents, en plus. Contourer par les flancs pour conclure au centre sera, à n’en pas douter, une des armes de la saison. Dallinga et Magri ou autre Onaiwu, à vous de régaler…

JEUNESSE trop tenre

Le deuxième acte fut une toute autre paire de manches. C’est une surprise. Carles Martinez avait jeté la sonnette d’alarme suite au 1-3 concédé en terre biterroise : « Avec les Pitchouns, même s’ils se battent, l’intensité est moindre. »

Fiche technique

TOULOUSE 2 – WERDER BRÊME 5

À ZELL AM ZILLER – Parkstadion. MC : 1-1.
Pour le TFC : Bangré (15), Onaiwu (57).
Pour le Werder : R. Schmid (36), Füllkrug (48 sp, 73), Kownacki (62, 83).
> TOULOUSE FC (4-3-3 pointe haute)
1concernant mon-temps :
Haug – Desler, L. Costa, Nicolaisen, Suazo – Casseres, Genreau, Sierro (cap.) – Mam. Bangré, Onaiwu, Ib. cissoko./
2et mon-temps : Restes – Desler (Mawissa, 59), Keben, Nicolaisen (Rouault, 59), Aradj – Casseres (Lahmadi, 59), Chaïbi, Sierro (ch./Diarra, 59/ch.59) – Edjouma, Onaiwu (B. Traoré, 59), Ib. Cissoko (Zuliani, 59 ans)./
Animateur : Carlos MARTINEZ NOVELL (ESP).
> WERDER BRÊME (ordre numérologique)
1concernant mon-temps :
Pavlenka (garde) ; A. Jung, N. Stark, Stage, Ducksch, Bittencourt, Njinmah, Salifou, R. Schmid, Rapp, Burke./
2et mon-temps : Zetterer (garde) ; Pieper, Kownacki, Füllkrug, N. Schmidt, Gruev, Woltemade, Friedl, Mbom, Opitz, Gross./
Animateur : Salut WERNER.

Rédacteur, Auteur, Journaliste

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *