Comment les lentilles, la féverole, la gesse et la gesse se transforment-elles en une tolérance à l’aquarelle, à l’hypoxie et à l’anoxie ?

Vous pouvez écouter cet article sous forme de fichier audio.

Les légumineuses à grains, une source majeure de protéines alimentaires pour de nombreuses personnes, sont largement intolérantes à l’irrigation. Ceci malgré le fait que certaines légumineuses à grains sont souvent exposées à des sols submergés lorsqu’elles sont cultivées comme cultures de semences de relais – une pratique consistant à multiplier manuellement les graines de légumineuses dans une culture de riz sur pied deux semaines avant la récolte du riz – au Bangladesh, en Inde et au Népal. Le relais évite le réensemencement du sol et maximise l’accès à l’humidité résiduelle du sol au niveau de la culture de légumineuses. Cependant, une humidité excessive du sol peut entraîner un rendement réduit et, dans les cas graves, une mauvaise récolte. Lorsque les graines sont exposées à l’aquarelle pendant la germination, elles peuvent provoquer des conditions d’oxygène très faibles (hypoxie) ou aucune condition d’oxygène (anoxine) pour provoquer un échec de la germination. La tolérance à l’engorgement varie entre et au sein des espèces de légumineuses à grains et les effets varient également en fonction de la longueur de l’aquarelle. Néanmoins, il existe des informations sur les réponses de la germination à l’hypoxie parmi diverses cultures de légumineuses à grains, notamment les lentilles, la féverole, la gesse et la gesse.

Les lentilles, la féverole, la gesse et la gesse ont toujours été considérées comme intolérantes à l’irrigation par eau.

Dans sa nouvelle étude publiée dans AoBP, Wiraguna et al. il a évalué la tolérance des graines de lentilles, de la féverole, de la gesse et de la gesse à l’aquarelle de sol, à l’anoxine et à l’hypoxie. L’étude comprenait trois expériences conçues pour déterminer s’il existe (1) une variation de la tolérance à l’aquarelle du sol entre et au sein de ces espèces de légumineuses, (2) une variation de la tolérance des graines de légumineuses à grains à l’anoxine appliquée par imbibition et des différences de récupération ainsi que la capacité après ré-aération ultérieure; et (3) les grains de légumineuses diffèrent par leur tolérance à l’hypoxie pendant la germination.

Le profilage du sol à l’aquarelle a montré que l’oxygène diminuait puis se stabilisait au quatrième jour après la détection d’eau et d’oxygène à 8 mm sous la surface du sol. La lentille avait une levée de semis plus élevée (55 %) que les autres espèces pendant l’irrigation du sol. Cependant, les lentilles avaient une survie des semis plus faible (9 %) que la gesse (28 %) pendant la récupération après le drainage du sol. Les graines de gesse étaient plus tolérantes à l’anoxine et à l’hypoxie que les graines des trois autres espèces. Résultats de Wiraguna et al. démontrent la tolérance optimale à l’aquarelle de la gesse et mettent en évidence leur aptitude aux systèmes de reparcage par rapport aux autres légumineuses à grains de cette étude.

ARTICLE DE RECHERCHE

Wiraguna, E., Malik, AI, Colmer, TD, Erskine, W., 2021. Tolérance de quatre espèces de légumineuses à grains pour l’engorgement, l’hypoxie et la germination et la récupération des anoxines. PLANS AOB. https://doi.org/10.1093/aobpla/plab052

  • Céréales & Légumineuses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *