l’essentiel
La circulation des deux lignes du métro de Toulouse a interrompu ce presque deux jours, suite à un incident électrique survenu le 5 juillet. Le trafic peut être réprimandé en partie sur la ligne A ce jeudi à 18h30. La ligne Brest, elle à l’arrêt.

La galère se poursuit, pour des centaines de milliers d’usagers du métro toulousain. Après mercredi à 8h45, la circulation est totalement interrompue sur la ligne B (Borderouge-Ramonville). La circulation sera ouverte à 18h30, partiellement sur la ligne A, entre Basso Cambo et Jolimont. Des bus de substitution ont été maintenus entre Jolimont et Balma Gramont, et le seront encore aujourd’hui, jusqu’à la reprise complète.
Suite au début d’incendie, lié à un « arc électrique » survenu mercredi matin sur les voies, entre Patte d’Oie et Saint-Cyprien sur la ligne A, l’électricité avait dû être coupée sur les lignes A et B. Toute la journée d’hier, les usagers ont attendu un rétablissement du trafic.

Il a fallu effectuer 84 microsoudures puis des tests toute la journée

A 11h30, l’adresse de Tisséo annonçait que la ligne B restait fermée toute la journée. Et que la ligne A « pourrait être remise en service dans l’après-midi entre les stations Basso Cambo et Jolimont ».
« Les équipes de Tisséo ont travaillé toute la nuit à la remise en état des installations endommagées. L’arc électrique a endommagé un câble de commande des trames du métro, qui contient lui-même 84 petits câbles. Il fallait couper 5 m en amont et 5 m en amont, rebrancher ces câbles un couple, effectuer des microsoudures, et tester un couple a ces câbles » m’expliquait hier soir Nicolas Misiak, président de Tisséo Voyageurs.
Toute la journée d’hier, jusqu’à la remise en service partielle du métro ligne A, des tests ont été effectués. Il a failu faire circular une rame, puis l’ensemble des rames de la ligne à vide. « C’est ce qui explique la durée d’interruption ».

La reprise attend aujourd’hui sur la ligne B

La ligne B est entièrement restée à l’arrêt hier, pour le deuxième jour, car « il reste du matériel de voie à souder, des câbles à changer ». Le président de Tisséo Voyageurs attend une remise en service de la ligne B, ce vendredi.
Sur les causes de l’incident, Nicolas Misiak évoque un « arc électrique d’une dizaine de centimètres », à l’origine « encore inexpliqué », au niveau du « rail de guidage », qui « guide le compteur et s’électrifie à 750 volts ».
Hier, la journée de galère s’est étirée pour les usagers du métro (lire article ci-dessous). Les arrêts de bus étaient liés toute la journée.
« Dix-huit bus grand modèle ont été ajoutés mercredi et jeudi sur les lignes de substitution, et tous seront exclusivement affectés à la ligne B du métro, ce jeudi et vendredi », explique Nicolas Misiak. Le manque à gagner pour Tisséo est valorisé à 82 000 € le jour de l’arrêt des deux lignes. Pas moins de 250 000 voyageurs n’ont pas pu prendre le métro mercredi, et autant jeudi.

Rédacteur, Auteur, Journaliste | Plus de publications

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.