l’essentiel
À Tournefeuille jeudi, au moins quatre voitures ont été ciblées par les voleurs. C’est la deuxième fois qu’ils s’y introduisent en cinq mois. Le phénomène se répand sur l’ensemble du département. Au total, plus d’une centaine de Haut-Garonnais seraient victimes de ces vols. Est-ce lié à la pénurie de matériel ?

Les mains sur le visage, Sylvain peine à contenir ses émotions. Face à lui, garée sur une place de parking souterrain de sa résidence située à Tournefeuille, son Audi. La berline à une vitre cassée et le coffre grand ouvert. Après l’avoir fouillé, les deux voleurs l’ont aspergé à l’aide d’un extincteur. Le moteur de cette voiture estimé à 30 000 € est touché. Au point de déclarer l’épave automobile. « C’est la deuxième fois en cinq mois que l’on est victime d’intrusion et de vol dans notre parking privé. Ces gens se faufilent et nous volent des pièces et des bouts de carrosserie. La dernière fois, ils m’ont pris mon capot et mes feux arrière », raconte Nicolas, un autre habitant du 1 impasse Pirac.

Les voleurs démontent toutes les pièces non soudées. Et acheter les bonnets
DDM

Sur les images de la vidéosurveillance, les deux voleurs sont méthodiques. Vers 1 heure du matin, ils soulèvent à bout de bras le portail afin de passer une main pour atteindre l’interrupteur. Puis, lampe torche dans la main, les suspects se ruent sur les caméras de surveillance pour les déconnecter. Ils circulent ensuite dans les sous-sols à la recherche de pièce précise. Au moins quatre voitures sont dévalisées puis aspergé d’extincteur pour enlever les traces. Tout le matériel a été transféré dans un autre camion avant les intrus qui ont quitté le secteur. « Pour faire diversion ce jeudi, ils ont mis le feu à une voiture à la sortie », a détaillé Sylvain. Ce trentenaire ne trouve plus les mots. « Deux autos mortes en cinq mois… Mon assurance ne va pas m’accompagner. Je vais devoir déménager », annonce-t-il assommé…

Plus d’une centaine de victimes

Ces dernières semaines plus d’une centaine de Toulousains sont victimes du même phénomène. Léguevin, Muret, Balma, Lardenne… Aucun secteur n’est épargné. Des individus très organisés ciblent les zones de stationnement de résidence fermée et volent de pièces dans les voitures. « On fait face à des réseaux. Pour répondre à la pénurie de matériel, des malfaiteurs se rabattent sur les véhicules des particuliers. Ils prennent tous les éléments qui ne sont pas soudés et reçoivent sur commandes », a déclaré Raymond Vié, ancien président du Conseil. national des professions de l’automobile (CNPA) de Haute-Garonne. Au marché noir, ces pièces se monnayent souvent à moitié prix. Existe-t-il une véritable « bande » qui s’agite au nom d’un commanditaire ou simplement d’opportunistes ? En ce qui concerne cette recrudescence, elle a été constatée au bout de six mois, le parquet toulousain en a trouvé un qui s’appuyait sur le service de prise en charge des biens de la sûreté départementale. Les enquêtes sont en cours.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.