l’essentiel
Le juge administratif, saisi par le préfet de la Haute-Garonne, enjoint à tout occupant du campement installé sur les berges de la Garonne, de libérer les lieux dans un délai de 15 jours.

Il s’agit d’un coup d’État massif pour les 52 familles albanaises. Ce mercredi, le tribunal administratif de Toulouse a ordonné l’expulsion. « En l’espèce, après avoir relevé qu’il est dit D3, dépendance du domaine public fluvial de la Garonne occupée sans droit ni titre, relevée de la propriété de l’État, le juge des référés a vérifié que, au moins depuis le 19 juillet 2022, cet espace était occupé par un groupe d’environ 90 personnes, représentant une vingtaine de familles dont de nombreux enfants, certains en très bas âge », indique le tribunal administratif.

A lire aussi :
Toulouse : quel avenir pour le bidonville sur les berges de la Garonne ?

Selon lui, ce campement fait de constructions légères en matériau de récupération, de tentes sommaires et de bâches, a été « installé sur un terrain dépourvu de tout équipement adapté en matière d’hygiène et de sécurité ». « Deux zones, aux extrêmes du campement, ont reçu une multitude de déchets et de tritus. Les conditions insalubres du campement sont préjudiciables à la santé des occupants. En autre, le terrain est situé dans une zone infranchissable et ne se comporte pas sans protection de la nature à éviter les risques de chutes à la digue ou de noyades alors que les occupants comptent de nombreux enfants. »

Les travaux empêchés

A lire aussi :
REPORTAGE. Toulouse : Plongée dans le bidonville à ciel ouvert sur les berges de la Garonne

Le tribunal administratif est légalement confirmé par un autre élément : l’existence du bidonville empêchant de poursuivre les travaux prévus sur les digues dans le cadre de l’opération d’aménagement Grand Parc Garonne menée par Toulouse Métropole.

Le préfet de la Haute-Garonne a décidé de procéder à l’expulsion après avoir procédé à une évaluation personnelle des droits de l’occupant afin de permettre aux services compétents de prendre les mesures appropriées, notamment au profit des enfants

A lire aussi :
Toulouse : un bidonville à ciel ouvert sur les berges de la Garonne

Dans ces conditions, le juge des référés a considéré qu’il y avait lieu de différer l’expulsion de 15 jours à compter de la décision.

Rédacteur, Auteur, Journaliste

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *