l’essentiel
Un couple a passé à tabac un homme de 77 ans dans le métro toulousain ce dimanche 31 juillet. Jués mardi 2, ils ont fourni des justifications d’août qualifiées d’« odieuses » par le parquet pour expliquer leur geste. Ils écopent de peines de prison ferme.

Mohamed ne s’est pas rendu au tribunal de grande instance de Toulouse ce mardi. Le vieil homme ne s’est pas remis physiquement et encore moins psychologiquement du «quasi-lynchage» qu’il a subi dixit Me Régis Capdevielle, fils avocat.

En retour, toute la famille de cet ouvrier à la retraite de 77 ans était présente au tribunal afin d’assister au procès de ses deux agresseurs, un couple domicilié à Béziers venu le week-end dernier faire la fête à Toulouse.
Mohamed à son mal croiser dans le métro alors qu’il rendait au marché comme chaque dimanche. Totalement avinés, ils se sont acharnés sur lui. « Il me jetait des regards insistants. C’était malsain. Ensuite je l’ai capé. J’ai surréagi mais c’est comme ça », raconte la jeune femme dans un demi-sourire intrigant.
Son compagnon embraie : « Il lui a demandé de s’asseoir à côté d’elle. C’est à de là que les coups sont partis. C’est vrai, je lui ai mis deux gifles, je n’aurais pas dû », glisse d’un ton presque badin ce grand gaillard musculeux. Les magistrats et la salle d’audience semblent sidérés par tant de détachement. Le président du tribunal déclara à haussant la voix : «Sur l’impression que vous êtes des enfants qui ont volé des bonbons. Vous vous rendez compte de la gravité de ce que vous avez fait ? »

« Tous les boulevards »

Le magistrat l’a éclairé compte rendu médical de l’agression. Mohamed déjà affaibli por un AVC a le nez brisé à plus d’endroits, son visage est déformé par les coups. Le maintien psychologique est encore plus terrible. Il s’est littéralement effondré devant sa famille lorsqu’il a été évoqué pour la première fois les faits. « C’est un homme fier que n’exprime pas ses faiblesses. Le voir dans cet état, cela nous a tous bouleversés », raconte Anne, sa belle-fille.
Le procureur, plutôt sur la réserve lors des débats, est sans pitié dans ses réquisitions : « Vos explications sont odieuses. Ce qu’il ressort de vos propos, c’est qu’il l’a bien cherché. C’est intolérable ! » Il demande au tribunal de condamner le jeune homme à 18 mois dont 12 avec sursis et sa compagnie à 18 mois dont 6 avec sursis car elle a déjà été condamnée pour des faits similaires il y a à peine an an. « Mon client a été traumatisé par une violence. Elle vient d’un milieu social où il est difficile d’accéder à des thérapeutes, c’est quelque chose qui la hante », explique dans sa plaidoirie l’avocate de la jeune femme. La prévenue écope de deux ans de prison dont un an avec sursis. Elle est maintenue en détention. Ils sont compagnons écope de la peine demandée par le représentant du ministère public. La partie sera réalisée avec un placement électronique (bracelet).

Rédacteur, Auteur, Journaliste | Plus de publications

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.