l’essentiel
Femmes, on vous aime, de plus en plus même ! Les pelotons masculins et féminins n’ont jamais semblé aussi proches. Pour preuve : Magnus Cort-Nielsen a promené samedi 2 juillet le joli maillot rose qui portera les filles de l’équipe lors du prochain Tour de France féminin. Peu à peu, les barrières tombent.

Moustache blonde au vent, pas trop méchant ce samedi 2 juillet en début d’après-midi, Magnus Cort-Nielsen salue à sa façon les briques rouges de l’ancienne capitale du Danemark. Le très cathare chevalier du final de la « Route d’Occitanie-La Dépêche du Midi », millésime 2021 (il avait remonté seul les vieilles pierres de Peyrepertuse jusqu’à toucher le ciel), s’offre dès le départ de Roskilde la première attaque de cette 109e édition. On va voir son beau maillot rose en gros plan dans le monde entier pendant une bonne partie de la journée.

A lire aussi :
Tour de France 2022 : retour sur le Danemark ! Découvrez le parcours de la 3e étape ce dimanche

Alors que la valse des maillots s’intensifie au fil des étés à l’occasion du Tour (chez Jumbo aussi la mode estivale est différente de celle du printemps), chez EF Education Easypost, on a choisi d’adopter la même tenue que les filles du Team qui ont participé le jour de l’arrivée des garçons, à la renaissance du Tour féminin. Une première.

« Ça va favoriser notre quête d’égalité… »

Linda Jackson (pour la patronne de Peugeot qui s’apprête à dévoiler la nouvelle 408 mais l’ancienne routière canadienne lauréate, notamment, du Tour de l’Aude en 1997), fondatrice et propriétaire de l’équipe féminine, connue pour très bien payer ses championnes apprécient.

« Je suis ravie du travail de Rapha et Palace Skateboards pour célébrer le retour de notre Tour de France. Le cyclisme féminin n’a cessé de croître depuis deux décennies mais cette nouvelle épreuve va accélérer encore cette croissance et favoriser notre quête d’égalité… La route a été très longue et c’est un véritable honneur de voir l’équipe EF Education disputer le Tour avec un maillot que célèbre les filles… »

A lire aussi :
VIDÉO. Tour de France 2022 : frissons et sauvetages en pleine mer ! Une deuxième étape rude pour le peloton

Hasard ou non, l’Italienne Francesca Mannori a été désignée par l’UCI (David Lappartient aura quand même favorisé la chute de nombreux murs dans ce domaine) comme présidente du jury. Ce n’était jamais arrivé sur un Grand Tour et on se souvient de quelques commissaires du temps d’avant qui auraient sans doute eu beaucoup de mal à cautionner cette avancée ! En 2011, il a été signalé que la Lot-et-Garonnaise Cathy Gastou avait été la première arbitre du Tour d’Italie.

Dalida avait dû se déguiser en homme

Côté médias, la popularité de Marion Rousse est aussi brillante, ou presque celle de son compagnon Julian Alaphilippe qu’à tout le loisir ces jours-ci d’apprécier ses commentaires. Il faut dire que la Nordiste ne s’en laisse pas conter et que son regard sur la course et les coureurs et particulièrement acéré. Installées depuis des années dans les staffs (pas trop au volant des voitures de directeurs sportifs quand même), notamment dans la branche Médicale (Maryline Salvetat était au sein de Groupama-FDJ sur l’Etoile de Bessèges et la Route d’Occitanie), les femmes n’ont plus à télécharger les désagréments du sexisme ordinaire.

A lire aussi :
RÉACTIONS. Tour de France 2022 : « Chaotique ! » Le peloton aux seigneurs soufferts de la deuxième étape

Il est désormais très loin le temps où Violette Morris battait pour défier les hommes au Vel d’Hiv, le temps où Dalida, pour suivre une étape à l’invitation d’Antoine Blondin, avait dû she travesti in « mauvais garçon ».

S’ils ne le font pas, plus le droit d’embrasser les coureurs (en public) à l’heure de la remise de maillots, les femmes ont gagné d’autres droits sur la planète vélo. Celui qui existe vraiment n’est pas le moins important.

Rédacteur, Auteur, Journaliste | Plus de publications

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.