Tout cela s’est passé il y a 173 ans, mais encore une fois alors que les troupes russes étaient dans l’ouest de l’Ukraine (repoussant à l’époque les troupes hongroises).

Alors, comme maintenant, Yellow Bells, ou Geleznowia verruqueuse, poussait dans les régions côtières proches du sud-ouest de l’Australie occidentale, sur des sols sablonneux et graveleux de Perth au nord jusqu’à Shark Bay. Cela a pris un siècle ou plus, mais la plante s’est imposée aux producteurs spécialisés du monde entier et à l’industrie des fleurs coupées, en raison de ses fleurs jaunes prolifiques et audacieuses en hiver.

Geleznowia a été nommé en 1849 par Nicolai Stepanowitch Turczaninow, l’une des quelque 400 espèces qu’il a décrites d’Australie. Je déduis du récit de Neville Marchant sur la contribution de Turczaninow à la taxonomie végétale australienne (en Histoire de la botanique systématique en Australasie, édité par Philip Short et publié par l’Australian Systematic Botany Society en 1990) est né en Russie, juste de l’autre côté de la frontière avec l’Ukraine où il a passé la majeure partie de sa jeunesse, étudiant à l’Université de Kharkov. Étant donné où nous en sommes aujourd’hui, je l’appelle Ukrainien.

Turczaninow a nommé ce genre d’après son collègue russe, Nicolai Ivanovich Zheleznov, en utilisant l’orthographe allemande de son nom de famille, Geleznow. Selon Marchant, environ les trois quarts des 43 noms génériques de Turczaninow ne sont plus utilisés aujourd’hui (étant considérés comme faisant partie de genres préexistants), mais celui-ci a perduré.

Turczaninow n’a jamais visité l’Australie. En fait, il n’a jamais quitté le continent eurasien, collectant principalement autour de la Russie et de l’Ukraine, et s’aventurant un peu en Sibérie et en Mongolie. Il a eu accès aux plantes australiennes grâce à l’échange de spécimens d’herbier de la part de James Drummond, qui a recueilli un échantillon de cette espèce à «Swan River».

Geleznowia fait partie de la famille des agrumes, Rutaceae, avec de nombreux autres genres australiens mieux connus tels que Boronie, Corréa et fleurs de cire (Phylothèque et Ériostemon). Ce qui le distingue, ce sont les grands sépales voyants sur chaque fleur et les grandes bractées en forme de pétale qui passent du jaune au brun orangé à mesure que les fleurs vieillissent autour d’un groupe de une à quatre de ces fleurs jaunes.

Alors que notre espèce dans le jardin australien des jardins botaniques royaux de Cranbourne est étiquetée Geleznowia verruqueuse – un nom d’espèce faisant référence aux branches et aux feuilles quelque peu (mais pas trop) verruqueuses – c’est peut-être l’une des nombreuses variantes qui pourraient justifier sa propre reconnaissance.

Des variantes locales ont été notées dans toute l’aire de répartition par l’industrie des fleurs coupées et les botanistes. En 2020, une deuxième espèce, Geleznowia amabilis, a été décrit pour une variante restreinte à quelques populations de la région de Kalbarri, près du nord de l’aire de répartition du genre. Le nom de l’espèce est traduit par les auteurs par «digne d’amour» et les caractéristiques distinctives sont plutôt mineures mais nombreuses.

Il semble qu’il y ait plus de variantes là-bas dans le sud-ouest en attendant que les taxonomistes terminent leur travail comparatif. Pour l’instant, vous pouvez utiliser Geleznowia verruqueuse pour la plupart des plantes en culture, ou simplement Yellow Bells.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.