l’essentiel
Maurice Holivier a écrit une chanson pour soutenir le Stade en reprenant l’hymne de Joséphine Baker, « J’ai deux amours ».

A 90 ans, Maurice Holivier n’a pas perdu son enthousiasme. L’œil vif et le verbe rapide, cet ex-vice-président de l’Amicale des Anciens du Stade Toulousain qui a occupé plusieurs postes majeurs sur la ville et reçu la légion d’honneur en 2000, vient d’enregistrer « J » à deux amours : le Stade et Toulouse ». Un hymne inspiré du refrain « J’ai deux amours : mon pays et Paris », interprété par Joséphine Baker, inhumée au Panthéon en 2021.

«J’ai rencontré cette femme admirable à 20 ans, lorsqu’avec deux copains d’école, on avait monté un petit orchestre, suvient Maurice Holivier. Chaque dimanche, elle recevait quelques musiciens dans son château des Milandes (Dordogne) où, enveloppée de sa fratrie adoptée, elle organisait des petits concerts avec Ray Ventura. Je ne l’ai vu que dix minutes mais j’ai été ébloui».

À l’époque, Maurice Holivier, né en 1932 à Fronton, a connu les horreurs de la seconde guerre : « Après, la fureur de vivre était partout. Tout le monde voulait danser, s’amuser. Au collège des Frères Lasalliens à Villemur-sur-Tarn où j’étais pensionnaire, j’avais appris le violon, la clarinette et le saxo. Avec notre orchestre de sept musiciens, sur un « fiancé » tout Midi-Pyrénées ».

En cas de victoire, un refrain repris par le public dimanche place du Capitole

Quel temps après, lors de son service militaire en Algérie, il sera quatre mois, chef de pupitre et clarinettiste dans l’orchestre qui accompagne le roi du Maroc, Mohamed V dans ses déplacements, «au lieu de tenir la mitraillette, c’était plutôt un bon plan», plaisante-t-il. Une carrière musicale abandonnée par son fils revient à Fronton en 1956 : « Je venais de me marier. Je dois choisir un métier. Je suis devenu assureur en immobilier jusqu’à la retraite en 2000».

A la demande d’anciens copains, il devient également président du club de rugby de Villemur en 1963. Et il revient au top qui club, en 1966 il est champion de France. « Il y a deux ans, j’ai eu 90 ans. Je l’ai fait tourner. Alors place aux jeunes. J’ai cédé mon poste de vice-président de l’Amicale à un ancien du Stade, Omar Hassan qui est aussi chanteur». L’idée de l’hymne du Stade va naître suite à l’enregistrement du CD sur l’hymne de Fronton et de Toulouse écrit par l’oncle de Maurice Holivier et offert au maire de Fronton, son ami.

«Ce CD à deux faces n’a pas bien marché, déplore le nonagénaire qui relève le manque d’enthousiasme de l’époque. Une idée à alors surgit. Transformer le refrain initial avec «J’ai deux amours: Toulouse et le Stade», bien plus percutant pour la jeune génération». Un titre inscrit par Omar Hassan et Charlotte Couleau, pianiste, auteur compositeur et lauréate du Prix Nougaro. «Je suis très heureux d’avoir écrit ce petit texte sur ma ville et le stade que j’aime depuis toujours, confie Maurice. Le Stade verra ce qu’il en fait. L’essentiel est que ce refrain soit chanté ce samedi par les joueurs lors de la rencontre Toulouse-La Rochelle. En cas de victoire, il sera repris par le public, place du Capitole dimanche. Un ultime bonheur pour moi », a conclu cet éternel supporter du Stade.

la chanson

« J’ai deux amours, c’est le stade et Toulouse. Pour eux toujours, mon cœur est ravi. L’équipe est belle et ce qui me fait vibrer, c’est son rugby qu’on chante à Toulouse. Notre belle cité. Le voir toujours, c’est mon rêve joli. J’ai deux amours, et je m’en réjouis »

Rédacteur, Auteur, Journaliste

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *