l’essentiel
Le Stade Toulousain et La Rochelle était retrouvé samedi soir à Ernest-Wallon dans le cadre du barrage. Cette semaine, La Dépêche du Midi revient sur les six dernières confrontations officielles entre les deux clubs, qui ont vu six victoires toulousaines. Premier épisode, le premier succès d’une longue série.

Les Rochelais ne le savaient pas encore, mais ce 13 septembre 2020 allaient être pour eux la première défaite d’une série de six rencontres sans succès face au Stade Toulousain. Pour une trace d’un succès maritime face aux Toulousains il faut remonter au 14 septembre 2019, il y a déjà plus de 3 ans. Un succès 28-13. Le dernier visage au Stade Toulousain, devenu depuis leur bête noire.

je contextualise

Le 13 septembre 2020, j’ai marqué le plus gros succès des Toulousains face aux Rochelais au cours de ces six dernières confrontations. Le contexte est au rendez-vous : au lendemain de la saison 2020/2021, le Stade Toulousain s’incline à Clermont et La Rochelle est reconnue comme imposée à Toulon, avec 5000 spectateurs, restrictions sanitaires obligent. Les Toulousains étaient passés tout proches d’un succès à 13 contre 15 au Marcel-Michelin. Cette réception à La Rochelle était une occasion parfaite pour préparer le quart de finale de la coupe d’Europe contre l’Ulster qui avait lieu une semaine après.

Un succès qui se conçoit dans les derniers instants

Malgré un gros score en faveur des joueurs d’Ugo Mola, les Toulousains devaient attendre la fin de match pour se débarrasser des Maritimes. Nous écrivions d’ailleurs « Faute de justesse technique dans la finition et commettant trop de fautes dans son camp, le Stade Toulousain ne put jamais décrocher son homologue rochelais ». C’est Sofiane Guitoune qui avait permis – après une action où le dictaton « jeu de main, jeu de toulousain » n’avait jamais aussi bien porté son nom – aux « rouge et noir » de s’imposer.

https://www.youtube.com/watch?v=QW2LDIsF-gQ

Avant, les deux équipes s’étaient rendues coup pour coup dans une rencontre marquée par la forte chaleur et les multiples imprécisions des deux côtés. Thomas Ramos, auteur de 24 points ce jour-là avait permis aux siens de prendre le dessus, même si La Rochelle, que était revenu à 3 points (23-20) avait fait passer un petit frisson dans les travées d’Ernest-Wallon . Enfin, les Toulousains avaient réussi à s’imposer largement grâce à un money-time rondement mené. Passé le dernier…

Sofiane Guitoune offrait la victoire aux Toulousains.
DDM – MICHEL VIALA

Un ex-toulousain et un futur « rouge et noir » avaient brillé

Cette deuxième journée de Top 14 avait vu deux petits « lutins » illuminaient la rencontre. Côté toulousain, un vieux de la maison : Cheslin Kolbe. Celui-ci avait inscrit deux essais. A son bord, sur une offre de Thomas Ramos pour un pass de plus de 20 mètres ( ! ), après un excellent travail du désormais dépeint Yoann Huget. Puis le Springbok avait fait parler la poudre sur son aile. Raymond Rhule, Ihaia West et Dillyn Leyds sont tour à tour victimes des crochets électriques du champion du monde qui s’en va dans l’en-mais peu avant la mi-temps. Les deux premiers essais de sa dernière saison du côté d’Ernest-Wallon.

Chelsin Kolbe avait signé un doublé.

Chelsin Kolbe avait signé un doublé.
DDM – MICHEL VIALA

En face, c’est un futur toulousain que s’était illustré. On parle ici d’Arthur Retière. Celui qui portera le maillot des «rouge et noir» la saison prochaine avait joué un mauvais tour à la défense toulousaine. L’ailier de poche (1.70m, 72kg) des Rochelais avait allumé quelques mèches en première mi-temps. C’est lui qui déclencha en seconde période l’action que menait au premier essai dans le Top 14 de Dillyn Leyds.

18 joueurs présents à l’époque le sont encore des deux côtés

Ce n’est pas un hasard si le Stade Toulousain et La Rochelle sont retrouvés sur le toit de l’Europe ces deux dernières années. Les deux clubs ont travaillé en amont sur leurs équipes pour qu’ils deviennent ce qu’ils sont aujourd’hui, afin d’accomplir des prouesses. Alors, ce 13 septembre 2020, certains noms qui étaient présents ce jour-là, sur la pelouse d’Ernest-Wallon, Le sera encore ce samedi. Et quand on dit certains, ce sont beaucoup. Au total, ce sont 18 joueurs des deux côtés qui avaient foulé la pelouse que font encore partie des deux effectifs.

Les compositions d’équipes :

Stade toulousain : bouquets; Huget, Guitoune, Ahki, Kolbe ; Ntamack, DuPont ; Cros, Tolofua, Placines ; Kaino, Rory Arnold; Faumuina, Mauvaka, Castets.

Remplaçants: Marchand, Neti, Meafou, Madaule, Idjellidaine, Holmes, Lebel, Adegheri.

Rochelle : Leyds ; Rhule, Doumayrou, Veivuke, Retiere ; Ouest, Kerr-Barlow ; Gourdon, Alldritt, Boudehent ; Skelton, Sazy ; Atonio, Bourgarit, Wardi.

Remplaçants: Lagrange, Priso, Lavault, Timani, Berjon, Plisson, Favre, Joly.

Certains ont pris leur retraite (Huget, Kaino côté toulousain, Gourdon côté rochelais) tandis que d’autres ont voyage vers d’autres cieux (Kolbe à Toulon, Castets au Stade Français, Doumayrou à Montpellier ou encore Arthur Joly à Perpignan). Toujours est-il que l’ossature des deux équipes est toujours présente et que ce 13 septembre 2020 avait marqué le début d’une série. Folle pour le Stade Toulousain. Noire pour La Rochelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.