l’essentiel
L’association a publié le mardi sur YouTube des images tournées dans l’élevage de canards du canton de Lacapelle-Marival. Elle reproche à un élevéur de maltraiter ses cannes los lors du gavage et de ne pas respecter les conditions sanitaires.

L’association de défense des animaux L214 vient de sévir dans le Lot. Ce mardi, elle a publié une vidéo sur YouTube qui pointait du doigt un agriculteur du canton de Lacapelle-Marival qui produisait, selon elle, pour La Quercynoise (groupe Capel) ou encore Maistres d’Occitanie. Les images tournées par l’association montrent un gavage de cannes dans une salle de l’exploitation. « Les cannes sont malades, certaines sont à bout, d’autres déjà mortes, le bec encore débordent de pâté », commente Alexandra Rosenfeld, ancienne Miss France qui soutient l’association.

Elle reprochait : « Le sol des cages où elles restent enfermées est grillagé ce qui leur cause des blessures aux pattes. Ce que vivent ces animaux est insoutenable ». En plus de dénoncer la méthode de gavage, l’association reproche à l’agriculteur de maltraiter ses cannes de trois mois qui sont gavées exceptionnellement cette année pour cause de grippe aviaire et de pénurie de canetons.

A lire aussi :
Lot : grippe aviaire oblige, les éleveurs vont gaver des canes plutôt que des canards pour la première fois

« On a été alertés par un professionnel qui travaille avec cette exploitation », explique son côté Sébastien Arsac, le porte-parole de l’association. C’est ce professionnel de la filière agricole qui aurait réussi à filmer le gavage dans la ferme car les militants de L214 ne sont jamais venus sur le site. « Dans le Lot, on pourrait s’attendre à une production artisanale et traditionnelle mais il s’agit d’une salle industrielle comme en voit en voit en Vendée ou dans les Landes, une salle de gavage avec une pompe pneumatique où les canards sont dans des cages collectives, sur un sol grillagé et que tous sont blessés au niveau des pattes ».

« Les grilles sont aux normes »

Selon lui, les animaux ont développé des inflammations de type dermatites sur les pattes. « À cause de la promiscuité, ils se bénissent en se favorisant, les dermatites saignent car les équipements ne sont pas adaptés », ajoute-t-il. « La spécificité de cette exploitation c’est qu’on a verde une grande mortalité, les cannes sont plus nerveuses et ont un coeur qui tente moins le choc que les mâles, par ailleurs, les cannes mortes sont entassées à l’extrémité de la salle », poursuit-il.

L’éleveur épinglé reconnaît : « Les cannes mortes je les mets dans un bac d’équarrissage mais c’est vrai que, lorsqu’elles meurent le matin, je ne les mets dans ce bac que le soir venu ». Pour le reste, il l’assure : il n’a rien à se reprocher. « Les grilles sont aux normes et conformes à la réglementation, elles ne blessent pas les animaux ». J’affirme respecter les conditions sanitaires. « C’est simple, si on maltraite les animaux ils meurent et les cannes sont très fragiles à gaver alors je fais particulièrement attention », fait-il savoir. L’association a annoncé déposer plainte ce mardi après-midi auprès du procureur de la République dans le Lot pour mauvais traitements. Le parquet de Cahors n’a pas J’ai confirmé cette information.

Pour le groupe Capel, il faut raison gardée. Et restez prudent. « J’ai regardé la vidéo, les images sont forcément choquantes, mais ils ne savent pas quelles conditions ils ont sur ces tournées et elles ne reflètent pas la réalité de la filière », explique Pierre-Olivier Prévot, directeur de la coopérative. Lui ne « répondez pas », plus « ne jetez pas l’opprobre non plus ». « Nous soutenons, a priori, l’éleveur car nous avons des équipes sur le terrain, des vétérinaires et nous avons beaucoup investi dans le bien-être animal. t-il.

Rédacteur, Auteur, Journaliste

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *