l’essentiel
Une vraie réussite. La première édition du Lizig Celt Fest à Sarrant a tenu toutes ses promesses. Des milliers de visiteurs se sont rendus sur le site en deux jours et le violent orage samedi soir n’a qu’à peine gâché la fête.

Il s’agit d’une première édition que l’ensemble des bénévoles du Lizig Celt Fest ne sont pas près d’oublier. 2 500 visiteurs le samedi dans la journée, 1 800 billets vendus pour les concerts du soir, et au moins autant de visiteurs le manche, que demande de plus.

Une première édition qui tient à dix toutes ses promesses, et la fatigue de ces trois jours n’a pas vu la bonne humeur de Loïc Carpene, l’organisateur du festival. « C’est un vrai bonheur. On a eu un monde impressionnant, des gens qui ont partagé les valeurs qu’on avait envoyées de partager. Respect, convivialité, amusement », réagissait le jeune homme en fin de journée.

La fête médiévale celtique est la première du genre dans le Gers, créée par Loïc et Aurélie Carpene pour leur fille, Louise, 4 ans, touchée par la paralysie cérébrale. «On n’avait pas envie de faire une cagnotte chiante alors on a plutôt décidé d’organiser un festival», s’amuse au micro l’une des organisatrices.

Le Lizig Celt Fest, en français « le festival celtique de Louise », est une réussite car les plusieurs millieurs d’euros ont été constatés et les bénéfices du festival seront reversés à l’association Faire danser Louise créée par les parents de la petite fille. « D’ailleurs, hier soir, Louise est montée sur la scène et elle a pu danser », sourit encore son père.

médiéval fantastique

Dans le village créé pour l’occasion, la période médiévale et l’univers fantastique se sont mélangés pendant trois jours. A tempier converse avec une fée tandis que trois satyres déambulent tout près d’eux. Les enfants de Sylvie sont subjugués. «C’est vraiment une belle idée ce festival», sourit la maman. « On est venu hier et les enfants ont adoré, alors on est de retour aujourd’hui ».

Plusieurs acteurs de la série Kaamelot étaient présents pour une conférence et une séance de dédicaces./
DDM

Chloé et Hugo sont vénus après Toulouse pour la journée. « C’est un univers que j’aime beaucoup. C’est vraiment bien de voir autant de personnes costumées, c’est vraiment une très belle ambiance », réagit le jeune couple. Pas de costume pour eux, une simple tenue légère en lin pour être dans le ton. « Peut-être l’année prochaine… »

Retour l’année prochaine

Concerts et spectacles pour petits et grands ont rythmé ces trois jours de festival, de nombreux artisans sont venus proposer toute sorte de produits dans le village médiéval. Samedi, les concerts ont dû être annulés 15 minutes après le début des premières notes de musique à cause de la pluie et les quelques courageux qui sont restés sleep sur le camping ont été réveillés par les organisateurs dimanche matin avec du café tout frais.

« L’équipe de bénévoles, les prestataires professionnels, les artisans et les artistes, tout le monde a participé à la réussite de cet événement. Comme toute première édition, j’ai déjà quelques couacs. Mais aussi des choses qui ont bien marché. Les gens nous ont félicités et en demande. Alors c’est sûr, il y aura bien une seconde édition l’année prochaine », affirme, encore sur son petit nuage, Loic Carpene.

Rédacteur, Auteur, Journaliste

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *