l’essentiel
Les migrants qui ont campé après plus de 3 semaines sur les allées Jules Guesde, à Toulouse, ont été pris en charge ce mardi 20 septembre. Les tentes ont été démontées, et le campement est levé.

Après 25 nuits passées sous des tentes, sur les allées Jules-Guesde, une centaine de migrants ont été pris en charge, mardi 20 septembre au matin. Plusieurs dizaines de tentes ont été démontées, et le matériel d’hébergement est en passe d’être ramassé par les migrants et des associations, ce 20 septembre à la mi-journée. Une trentaine d’intervenants des services de l’Etat et du Département de Haute-Garonne sont intervenus. Selon les informations recueillies par « La Dépêche » sur place, les migrants ont été conduits vers des centres d’hébergement, situés notamment à Toulouse, Roques-sur-Garonne et Saint-Lys.

141 personnes sont présentes de leur propre initiative aux services de l’Etat et du Département

Le départ des migrants, de leur propre chef, a été coordonné par les services de l’État, sans recours aux forces de l’ordre. Une réunion décisive avait eu lieu, vendredi 16 septembre sous l’égide du préfet de Haute-Garonne et en présence de représentants des migrants, des associations et des collectivités (Ville de Toulouse et Département).

« La main tendue par le préfet a été saisie. Ce matin, les opérateurs de l’Etat, du Département étaient présents, après 8 heures, pour accueillir les jeunes qui sont sur le campement. Trente-six agents dont cinq du Département ont été Mobilisés sur un guichet d’accueil délocalisé », a précisé la sous-préfète Nathalie Guillot-Juin, sur place.

« Les migrants ont été reçus en entretien, pour fournir des documents, et évaluer leur situation administrative et les orienter. Les mineurs sont pris en charge par le Département, et si ce sont des personnes qui ont été reconnues majeures mais qui ont saisi le juge pour un recours, c’est l’Etat, à titre tout à fait exceptionnel et dérogatoire, que les prend en charge, jusqu’à ce que le juge des enfants soit prononcé sur leur situation ».

Ce mardi en début d’après-midi, la préfecture de Haute-Garonne précise que 141 personnes sont présentes aux offices, le mardi 20 septembre.

Au total, 137 personnes ont présenté une preuve de leur recours en instance auprès du juge des enfants, dans le cadre de leur poursuite en reconnaissance de minorité.

Un prix chargé de l’Etat « à titre exceptionnel et dérogatoire »

« Ainsi, comme s’y était engagée le préfet, elles sont à titre exceptionnel et dérogatoires accueillies dès aujourd’hui dans un centre d’hébergement ou en hôtel (prise en charge du gîte et du couvert), le temps de l’instruction de leur recours, dans lequel elles bénéficieront d’un accompagnement social et administratif par un opérateur social de l’Etat. »

La préfecture annonce que deux personnes majeures intègrent le processus de demande d’asile (DNA – dispositif national d’accueil) et sont également hébergées dès ce jour par l’Etat.

Enfin, deux personnes ont été prises en charge par le Conseil départemental de la Haute-Garonne, dont les services étaient également présents, pour une mise à l’abri et une évaluation de leur minorité.

Rédacteur, Auteur, Journaliste | Plus de publications

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.