l’essentiel
Le moustique-tigre s’est invité dans de nombreux foyers dunt le fin de l’été. Eh bien que j’ai implanté récemment en France, il a une forte recrudescence dans le Sud en cette fin d’été, provoquant mécaniquement plus de piqûres.

Ils sont de retour… après un été où ils avaient sensiblement diminué leurs attaques, les moustiques-tigres semblaient se multiplier en cette fin de saison estivale. C’est ce que nous confirmons des spécialistes, alors que l’ARS d’Occitanie a lancé plusieurs autorisations de démoustication dans le Sud-Ouest. La Dépêche du Midi fait le point sur la situation.

Il y a bien une recrudescence

Le moustique-tigre est implanté en France dans 67 départements métropolitains. Originaire d’Asie du Sud-Est, cette espèce s’est installée en France au début du XXIème siècle, aidée par une forte capacité d’adaptation. Elle est capable de transmettre trois maladies : dengue, zika et chikungunya. Ces maladies commencent à s’implanter en France, à l’échelle de quelques cas de dengue par an et une surveillance renforcée de la part de Santé Publique France.

Selon Antoine Cohen, spécialiste de la lutte antimoustique interrogé par La Dépêche, certaines conditions expliquent la recrudescence des moustaches-tigres qui sont bien traitées selon lui en cette fin d’été : ces insectes ponent sur toutes les surfaces à sec, et c’est une arrivée d’une eau ultérieure qui permet l’éclosion. La période de forte sécheresse subie par la France dunt l’été, suivie d’une phase de fortes pluies et orages, al permit l’éclosion de tous les oeufs pondus et retirés depuis des mois par manque d’eau, causant une prolifération soudaine .

La recrudescence des moustiques-tigres aujourd’hui est due aux intempéries, et elle est appelée à diminuer, une fois le cycle de vie court (30 jours) de ces insectes achevés. Cependant, ces conditions d’éclosion liées à la météo font que ce type de phénomène est appelé à reproduit en cas de nouveau cycle « sécheresse suivie d’orages », et compare pendant les saisons inhabituelles.

Commentaire sera protégé?

Selon Seifallah Boussaada de l’entreprise Biogents, spécialisée dans la lutte antimoustique, « les fortes chaleurs accélèrent le cycle de la larva que passe de 5 jours à 3 jours »: les moustiques reproduites donc bien plus vite durant les périodes de canicule, quant au la température les atteint 35 à 40 degrés. Cependant, l’absence d’eau déclenche l’éclosion. Autrement dit, c’est la présence d’eau stagnante qu’aide les moustiques à se propager : selon l’ARS, le meilleur moyen d’éviter la prolifération consiste donc à « éliminer les gîtes [eau stagnante ] »De nos logements car, comme nous l’expliquons Antoine Cohen, « 80% des gîtes se trouvent chez les habîtants, dans les jardins, les rigoles… ».

Le meilleur moyen de se protéger est donc de vider de toute eau de vos arrossoirs, pots de fleurs, bassins, et tous les récipients susceptibles d’accueillir de l’eau stagnante.

Rédacteur, Auteur, Journaliste | Plus de publications

Gabriel Durant est un journaliste et écrivain français spécialisé dans la région Occitanie. Né dans la ville de Perpignan, Gabriel a toujours été passionné par l'histoire, la culture et la langue de la région. Après avoir étudié la littérature et le journalisme à la Sorbonne, il a commencé à écrire pour le site web Vent d'Autan, où il couvre un large éventail de sujets liés à l'Occitanie. En plus de son travail de journaliste, Gabriel est également un romancier accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.